Alibaba chute en Bourse, crainte d’une enquête de Pékin sur des fuites de données

SHANGHAI (Reuters) – Les actions du groupe Alibaba ont connu la plus forte baisse du marché boursier de Hong Kong vendredi après que le Wall Street Journal a rapporté que les responsables du stockage et de la gestion en ligne (« cloud ») du groupe avaient été convoqués par les autorités locales dans le cadre d’une enquête sur l’éventuelle utilisation abusive des données à une échelle exceptionnelle.

Un hacker non identifié a affirmé la semaine dernière qu’il détenait les données personnelles de plus d’un milliard de Chinois, peut-être de la police de Shanghai.

Selon le Wall Street Journal, citant des chercheurs en cybersécurité, la gestion de cette base de données a été librement disponible sur Internet pendant plus d’un an sans aucune protection par mot de passe.

Sur la base d’informations policières, des chercheurs interrogés par le quotidien ont conclu que les données étaient stockées sur la plateforme cloud d’Alibaba.

L’article du WSJ ajoute, citant des sources proches du dossier, que le gouvernement de Shanghai a fait appel à la direction de la division cloud du géant du commerce électronique dans le cadre de l’affaire.

Interrogés par Reuters, les autorités locales et les porte-parole d’Alibaba et de ses « clouds » n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires.

Le détournement des données n’a jamais été confirmé par les autorités chinoises à ce stade.

Les actions d’Alibaba ont terminé la journée en baisse de 5,98%, la plus forte baisse en une seule session depuis le 13 juin. Il a perdu 15,5% de sa valeur sur toute la semaine, ce qui est son pire résultat hebdomadaire depuis son entrée sur le marché en novembre 2019.

Pour Brock Silvers, directeur des investissements de Kaiyuan Capital à Hong Kong, si Alibaba pouvait être lié à une saisie de données, le groupe serait « à la merci des régulateurs de Pékin ».

« Le développement de ses activités peut être perturbé jusqu’à la clôture de l’affaire. Et même s’il est clarifié, il existe un risque d’amendes élevées » – a-t-il ajouté.

(Reportage de Yuvraj Malik à Bangalore et Josh Horwitz à Shanghai, version française de Marc Angrand, édité par Sophie Louet)

Laisser un commentaire