Birmanie : un journaliste japonais condamné à trois ans de prison supplémentaires

AFP, mercredi 12 octobre 2022, à 11h36.

Un journaliste japonais, arrêté fin juillet alors qu’il couvrait une manifestation anti-junte, a été condamné à trois ans de prison en Birmanie pour violation de la loi sur l’immigration, a indiqué jeudi à l’AFP une source diplomatique japonaise.

Toru Kubota, qui a comparu au procès en bonne santé selon cette source citant son avocat, a déjà été condamné la semaine dernière à dix ans de prison pour diffusion et incitation à des informations préjudiciables à la sécurité du pays. contre la dissidence militaire.

Ces peines ont été combinées et la durée d’emprisonnement prévue pour ces deux affaires a été réduite à sept ans, a déclaré un porte-parole de la junte.

Selon son compte Instagram, le vidéaste de 26 ans a réalisé en 2019 un documentaire sur les Rohingyas, une minorité musulmane vivant en Birmanie, fuyant une répression sanglante par l’armée et les milices bouddhistes.

Après le coup d’État militaire du 1er février 2021, il est le cinquième journaliste étranger arrêté par la junte, après les Américains Danny Fenster et Nathan Maung, le Polonais Robert Bociaga et le Japonais Yuki Kitazumi, tous libérés et déportés. .

Selon un rapport du 31 mars de Reporting ASEAN, 122 journalistes ont été arrêtés depuis le putsch et 48 sont toujours en détention.

La Chine à elle seule a emprisonné plus de journalistes que la Birmanie en 2021, selon le Comité pour la protection des journalistes (CPJ).

Depuis le coup d’Etat qui a plongé le pays dans un conflit sanglant, plus de 2.300 civils ont été tués par les forces de sécurité, selon un décompte d’une ONG locale. La junte dont se plaint l’opposant en compte plus de 3 900.

Laisser un commentaire