Borderes-Louron. Instructions pour la maison écologique

Sylvie Michel est l’heureuse propriétaire d’une grande maison en bois en construction à Bordères-Louron.

Il est équipé d’un système de chauffage thermodynamique double flux ; solution innovante et écologique, utilisée dans les pays froids. Sylvie Michel est originaire des Vosges.

Née d’un père charpentier, elle explique : « Enfant, je vivais dans la nature. J’ai toujours été passionné par le bois et la forêt. Je me suis construit des maisons sur les arbres. J’ai toujours voulu une vraie maison en bois. Pour moi, c’est naturel. »

Il vit à Bordeaux et voyage souvent dans les Pyrénées.

Il ne lui a pas fallu longtemps pour y chercher un terrain.

« Après en avoir vu un que je n’aimais pas, poursuit-il, j’ai continué à chercher. Puis j’ai vu un joli petit village où, par hasard, il y avait un terrain à vendre. L’affaire a été classée très rapidement. » La technologie du froid

C’est l’architecte Noam Alémany de Loudenvielle (Namo concept) qui précise : « Le système thermodynamique double flux permet de gérer le chauffage, la climatisation, la ventilation et la production d’eau chaude. tous ces articles.

Toute la charpente est en bois. 28 cm d’isolant (dont laine de bois) entourent les murs de la résidence construite sur pilotis et équipée d’un triple vitrage anti-effraction.

Des débords de toit plus grands que d’habitude protègent du soleil en été et de l’humidité en hiver ».

La maison possède également sa propre citerne de récupération d’eau de pluie.

Sylvie Michel, qui a été journaliste sportive (a pratiqué l’escalade, le parapente, etc.), est également peintre et sculpteur.

La vie dans sa maison de 150 mètres sera organisée au rez-de-chaussée, et toute la partie technique sera située au premier étage. Tous les travaux des terrassiers sur la structure, de l’électricité à la plomberie, en passant par le revêtement des murs et des sols, sont réalisés par des artisans locaux. Une réalisation exemplaire qui en inspirera sûrement plus d’un. Enregistré à Louron, en tout cas.

Laisser un commentaire