Business Analyst : que devez-vous savoir sur ce métier ?

De nos jours, le métier de Business Analyst suscite un grand intérêt. Celui-ci séduit par sa rémunération plutôt alléchante. C’est un métier qui implique des compétences bien précises, des rôles et des missions bien fondés. En quoi consiste ce travail ? Nous en parlerons.

Qu’est-ce qu’un Business Analyst ?

La personne qui exerce la profession d’analyste d’affaires (analyste d’affaires – code Rome M1805) est en quelque sorte un consultant fonctionnel. Il est spécialisé dans l’étude du Système d’Information (SI) d’une entreprise. Autrement dit, il est chercheur en organisation et en informatique. Ce spécialiste est rattaché aux directions opérationnelles et à la Direction des Systèmes d’Information (DSI). Le plus souvent, on le retrouve dans les grandes entreprises qui ont plusieurs succursales ou entreprises. En attendant, la CPI le considère comme un consultant individuel.

Quels sont ses rôles au sein d’une entreprise ?

Son rôle varie selon l’entreprise pour laquelle il offre ses services. Mais fondamentalement, l’analyste d’affaires se préoccupe d’analyser en détail tous les besoins de l’organisation. Qu’il s’agisse de moyens matériels, informatiques, humains, financiers ou stratégiques, le Data Analyst doit le garantir. L’objectif est d’assurer le développement de chaque projet d’organisation. Il détermine également les objectifs à atteindre et la politique commerciale à adopter. C’est un grand pilier pour la société.

Le business analyst dans son rôle d’interface

Le consultant fonctionnel est l’intermédiaire entre les directions opérationnelles et la direction informatique. Il communique les informations utiles, soutient puis conseille sa hiérarchie sur les questions relatives à sa fonction. Son intervention facilite les échanges.

Un gestionnaire de projet

L’analyste d’affaires gère intégralement les activités de l’entreprise, du placement des acteurs à toute réalisation. En plus de planifier son travail, il partage les tâches des équipes, le suivi des phases et la bonne exécution des projets. En d’autres termes, il détermine les missions de chacun, les stratégies à adopter et les moyens à mettre en œuvre. Préparer et vérifier les budgets, les échéanciers et les résultats attendus. Cela l’amène à être très attentif au tableau de bord et aux principaux indicateurs de performance. C’est lui qui est chargé d’informer la hiérarchie sur le déroulement des activités et, le cas échéant, sur toute anomalie significative.

Un bon gestionnaire financier

L’analyste d’affaires reste en contact étroit avec le comptable. Pour cela, créez une base de données. Cela inclut les données des fournisseurs, les projections, les outils de gestion et les tableaux de bord. En bref, il utilise toutes les informations financières pour la durabilité de l’entreprise.

Le business analyst : manager de ressources

Si nécessaire, le praticien peut remplacer ou compléter le gestionnaire de ressources. Cette fois son rôle sera de gérer les ressources humaines indispensables au développement d’un projet d’entreprise.

Focus sur les missions du business analyst

Ses missions consistent généralement à rassembler toutes les informations essentielles pour l’entreprise.

Établissement du cahier des charges 

L’analyste d’affaires rédige le cahier des charges pour discuter des besoins et les faire connaître. En particulier, il fournit des informations sur tous les coûts et les budgets prévus.

Anticipation de l’évolution des coûts

Ni une diminution ni une augmentation des coûts ne sont bonnes pour l’entreprise. Une des missions du business analyst est donc d’anticiper ces évolutions. Dans le cas contraire, il doit rapidement prendre les mesures correspondantes.

Réalisation de l’étude qualitative et quantitative

La société s’appuie principalement sur la recherche qualitative et quantitative dans la prise de décision. Par conséquent, y parvenir est une mission de l’analyste d’affaires.

Quelles sont les qualités et compétences nécessaires pour devenir business analyst ?

Trois qualités principales doivent nécessairement caractériser un analyste d’affaires. Tout d’abord, il doit posséder d’excellentes capacités d’analyse, afin de garantir les suivis requis par l’entreprise. Une grande polyvalence est également requise pour exercer ses fonctions tant au niveau de l’informatique que de la gestion opérationnelle. Enfin, cette personne doit avoir un incroyable sens de la communication. Il est, en effet, en relation avec tous les membres d’une société. Doit être capable de mener des réunions, de résumer et de parler avec différents interlocuteurs. Cela montre également l’importance de maîtriser plusieurs langues. Il convient également de noter qu’un analyste doit posséder une grande capacité d’écoute, une diplomatie hors pair et une créativité infinie.

Mais pour quel salaire ?

L’entreprise fixe le salaire d’un analyste commercial en fonction de ses responsabilités et de son secteur d’activité. Par conséquent, cela peut varier en fonction de la taille de l’organisation. De plus, il dépend de la situation géographique, ce qui le rend beaucoup plus élevé en région parisienne que dans le reste de la France. De plus, les bonus sont minoritaires. Cela signifie que le montant du salaire dépend uniquement du salaire de base.

Ainsi, un analyste d’affaires perçoit en moyenne entre 40 000 et 50 000 € bruts par an, soit 3 300 à 4 200 € par mois. Son salaire mensuel oscille donc entre 2 600 et 3 200 euros net. Un débutant dans ce domaine est payé environ 2 000 euros par mois. Toutefois, l’évolution des salaires doit être prise en considération. Pour un profil senior avec plus de 20 ans d’expérience, il est possible d’avoir un salaire brut de 100 000 euros par an.

Quelles sont les formations à suivre pour en devenir un ?

Un analyste métier est situé entre le service informatique et les services opérationnels. Dès lors, des formations techniques (dans les grandes écoles d’ingénieurs), des formations commerciales, financières ou informatiques sont les voies à suivre pour exercer le métier. Les diplômes universitaires de niveau Master 2 sont préférables, mais un analyste d’affaires doit idéalement avoir une expérience réussie dans ce domaine. A cela s’ajoute une large connaissance du secteur, une grande connaissance des opportunités, des perspectives et des facteurs de blocage de la profession. Cela dit, une formation professionnelle permettra d’identifier les différents problèmes.

Qui sont les principaux employeurs ?

La profession est dans le domaine de l’audit. Ainsi, les employeurs sont majoritairement constitués de cabinets d’audit. A noter que certaines grandes entreprises qui alternent cette fonction sont également intéressées par ce profil.

Laisser un commentaire