Business et design – expérience utilisateur : une compétence de plus en plus recherchée

– L’expérience utilisateur: une compétence toujours plus recherchée

À l’ère numérique, il est indispensable de pouvoir compter sur un modèle répandu pour travailler de manière efficace sur l’expérience utilisateur, qui devient un avantage toujours plus concurrentiel. Présentation.

C’est l’été et c’est une opportunité pour notre Business & Design Collective pour partager avec vous quelques articles d’introduction sur les domaines stratégiques du secteur du design et des affaires qui prennent de plus en plus d’importance au sein des entreprises. Cet article fait suite à notre dernier sujet, « L’art de créer la meilleure expérience possible en entreprise ou comment analyser le design d’une expérience ».

Cet article vous présente un modèle de cadrage de l’expérience utilisateur populaire, une compétence de plus en plus demandée par les entreprises à mesure que la technologie numérique se développe dans tous les secteurs.

Définition de l’UX

L’expérience utilisateur est un terme de plus en plus utilisé dont les définitions peuvent varier. En voici une assez générale, tirée d’Usabilis :

« Le terme UX (acronyme de l’anglais : User eXperience), expérience utilisateur en français, désigne la qualité de l’expérience vécue par l’utilisateur dans toute situation d’interaction. L’UX décrit l’expérience globale ressentie par l’utilisateur lorsqu’il utilise une interface, un appareil numérique ou plus généralement lorsqu’il interagit avec un appareil ou un service. L’UX doit donc être distingué de l’ergonomie et de l’utilisabilité.

Dans la continuité de notre article présentant les différents critères de mesure d’une expérience, cet article vise à présenter un modèle populaire pour travailler par étapes à la conception d’une expérience utilisateur numérique.

Les cinq éléments de l’UX

Les cinq éléments de l’expérience utilisateur proviennent du livre The Elements of User Experience écrit par Jesse James Garrett, l’un des fondateurs d’Adaptive Path, un cabinet de conseil en expérience utilisateur basé à San Francisco qui a finalement intégré la banque Capital One.

Il existe cinq niveaux dépendants, chaque niveau s’appuyant sur le niveau qui le précède. Le modèle commence par le niveau abstrait pour passer au concret (de bas en haut).

Le but du modèle est de fournir un processus pour séparer les étapes à travailler dans un ordre réfléchi, pour fournir un cadre structuré de collaboration pour l’équipe de projet et les gestionnaires. Cela clarifie les activités à entreprendre et les résultats à livrer à chaque étape, sans mélanger trop d’aspects.

Il est donc plus facile de s’aligner sur les différentes parties prenantes du projet et de s’assurer que le processus est centré sur les besoins de l’utilisateur. Nous évitons également les surprises et gagnons du temps en validant chaque étape.

On retrouve l’ordre des étapes que nous allons expliquer :

Les étapes commencent en bas du schéma puis remontent (de l’abstrait au concret) :

1- La stratégie

La stratégie est l’aspect le plus important. Il permet de répondre aux questions : « Pourquoi le produit/service existe-t-il ? » ; « Qui sont les objectifs ? » ; « À quel(s) besoin(s) répond-il ? ».

Il s’agit de trouver un équilibre entre vos objectifs et ceux de vos utilisateurs. Pour ce faire, la phase de stratégie permet une recherche interne auprès des différentes parties prenantes du projet, mais aussi auprès des futurs utilisateurs.

Cette recherche peut être effectuée avec différentes techniques (telles que les 9 premières techniques de cet article) de recherche d’utilisateurs, d’analyse de marché et de recherche de parties prenantes.

2- Scope (cahier de charges)

A ce stade, il est nécessaire de définir les exigences fonctionnelles et celles liées au contenu auxquelles le site ou l’application va répondre. Ces éléments seront également alignés sur les objectifs stratégiques précédemment établis.

Exigences fonctionnelles : il s’agit des exigences relatives aux fonctionnalités du produit et à la manière dont elles interagissent pour répondre aux besoins des utilisateurs.

Exigences relatives au contenu : ce sont les informations dont les utilisateurs ont besoin. Ce sont des textes, des photos, des vidéos, des images qui servent à répondre aux attentes de l’utilisateur.

Ces exigences sont généralement formulées dans un document de spécification avec les différentes descriptions et schémas.

Exemple de scénario d’utilisation pour préciser les besoins

3- Structure

La structure définit comment l’utilisateur interagit avec le site/la plateforme/le service et comment l’information est structurée. Il y a deux facteurs : la conception de l’interaction et l’architecture de l’information.

Design d’interaction : En tenant compte des exigences fonctionnelles définies en amont, le design d’interaction déterminera comment l’utilisateur interagit avec le produit/service et inversement.

Exemple de parcours utilisateur avec l’ordre des écrans.

Les objectifs du design d’interaction : aider les gens à atteindre leurs objectifs ; communique efficacement l’interactivité et la fonctionnalité ; informe les utilisateurs des changements de statut au fur et à mesure qu’ils communiquent (par exemple, le fichier a été enregistré, un commentaire a été publié…) ; empêche les erreurs ou les erreurs de l’utilisateur, telles que le système invitant l’utilisateur à confirmer une action potentiellement malveillante (c’est-à-dire la suppression)*.

*voir UX — Petit tour d’horizon des 5 éléments de l’expérience utilisateur (partie 2)

L’architecture de l’information : elle prend en compte les exigences liées au contenu puis agence les différents éléments de manière à ce qu’ils soient plus facilement compréhensibles pour l’utilisateur.

Exemple d’architecture d’information pour un site web.

Les objectifs de l’architecture de l’information : Organiser, mettre en valeur et hiérarchiser les informations en fonction des besoins des utilisateurs et des objectifs commerciaux ; facilite la compréhension et le mouvement dans les informations présentées ; flexible pour s’adapter à la croissance et au changement; adapté au public.

4- Skeleton (squelette)

C’est l’étape de présentation et de mise en page de tous les éléments de l’interface du site, de la plateforme ou de l’application. Ici, nous définissons comment l’utilisateur interagit avec les informations et comment les informations sont présentées pour les rendre efficaces, claires et évidentes.

Nous utiliserons des wireframes pour obtenir un format visuel. Ce dernier comprend les modes de contenu, de navigation et d’interaction.

Trois facteurs composent le squelette :

La conception de l’interface organise les éléments de l’interface afin que les utilisateurs puissent interagir avec les fonctionnalités du système.

La conception de la navigation définit la manière dont vous parcourez les informations à l’aide de l’interface.

La conception de l’information définit la présentation de l’information d’une manière qui facilite la compréhension.

Les objectifs des squelettes sont : de définir la forme visuelle de tout ce qui est présent à l’écran ; comment les interactions sont présentées et organisées ; définition du parcours utilisateur

5- Surface

C’est la somme de tout le travail et des décisions que nous avons prises.

Cette étape détermine à quoi ressemblera l’interface du projet et choisit la bonne mise en page, la typographie, les couleurs, etc. En phase de surface nous travaillons sur le design visuel (web design, UI, graphisme) : il s’agit de déterminer l’apparence le contenu, les contrôles, ce que les utilisateurs peuvent faire et comment ils interagissent avec l’interface.

La conception devrait rendre l’interface plus compréhensible et augmenter la capacité cognitive à absorber ce que les utilisateurs voient à l’écran.

Un processus architectural

Cette démarche est finalement en partie inspirée du monde de l’architecture, qui existe depuis bien plus longtemps, où un projet passe par différentes étapes (buts/buts/besoins/situation, cahier des charges/étude, plans, maquettes provisoires, maquettes définitives, etc. ).

Partant des buts et objectifs, chaque étape alimentera la suivante pour finalement arriver aux modèles de tous les écrans d’interface du site, de la plateforme ou du projet d’application respectif.

Nous abordons les différents éléments dans un ordre constructif : chaque couche est dépendante l’une de l’autre. Lorsque vous prenez une mauvaise décision au début, par exemple en termes de stratégie, cela a des conséquences sur la suite du projet qui suit la direction.

Là encore, ce processus permet de se focaliser sur chaque strate du projet dans un ordre pertinent afin de travailler de manière structurée et de valider chaque étape qui alimente la suivante. Cela garantit une meilleure coordination entre les parties prenantes.

Cela évite que les discussions partent dans tous les sens avec des questions sur la structure, les images, les fonctionnalités, etc.

Ce modèle est un cadre théorique pour organiser un projet d’expérience utilisateur. Le contenu et les activités de chaque phase peuvent varier en fonction de la situation et des ressources disponibles pour mettre en œuvre le projet. Il peut également y avoir un peu de chevauchement entre certaines phases.

La chose la plus importante à retenir est qu’il y a plusieurs étapes intermédiaires pour valider et faire avancer un projet étape par étape avant d’acquérir tous les modèles et prototype d’un projet numérique. Un article existant donne un aperçu des outils et méthodes de la boîte à outils des spécialistes de l’expérience utilisateur.

Entreprise & Design Collective, avec de gauche à droite : Peter Horvath, Daniel Boos et Dany Cerone.

Si vous avez trouvé une erreur, veuillez nous en informer.

Quelles données Doit-on collecter en recherche UX ?

Le parcours et les interactions d’un utilisateur sur un site internet….Il se décompose en 4 phases selon le parcours de l’utilisateur :

  • Acquisition : comment et où l’utilisateur accède-t-il au site ?
  • Engagement : Comment l’utilisateur interagit-il avec le site ?
  • Conversion : quels objectifs l’utilisateur a-t-il atteints ?

Quand faire une recherche UX ? « La recherche UX est donc pratiquée en fin de projet » « Ce n’est qu’une étude marketing »

Comment faire une analyse UX ?

Il s’agit de comprendre ce dont le parrain a besoin. La première partie de l’analyse UX est la plus basique : faites simplement l’inventaire de vos besoins s’il s’agit de votre appareil, ou recherchez et analysez les besoins de votre sponsor si vous êtes un fournisseur de services.

Quels sont les objectifs de l’UX ?

Le but de l’UX Design est de concevoir ou de fournir une expérience utilisateur optimale : la meilleure expérience possible. L’UX est l’ensemble des perceptions de l’utilisateur lorsqu’il interagit avec un produit, un appareil, un service, une entreprise…

Pourquoi l’expérience utilisateur est importante ?

Une expérience utilisateur (UX) réussie est le moteur de croissance du site web, sous plusieurs aspects tels que : l’amélioration du taux de conversion, l’augmentation des ventes en ligne, l’optimisation du référencement naturel (SEO), le développement du trafic et de la visibilité de cet appareil numérique.

Pourquoi améliorer l’expérience utilisateur ? En optimisant l’expérience utilisateur de votre site Web, vous pouvez : Promouvoir votre entreprise et son contenu. Fournissez facilement les informations précises que vos visiteurs recherchent. Transférez des émotions à vos utilisateurs.

Comment créer une bonne expérience utilisateur ?

Voici 7 étapes essentielles : Comprendre les attentes et les besoins de vos utilisateurs. L’idée est de définir le ou les problèmes qu’ils rencontrent afin de leur apporter des solutions qui y répondent. Concevez les premières fonctionnalités de votre produit ou service grâce à l’étape précédente.

C’est quoi une bonne expérience utilisateur ?

Il désigne l’ensemble des interactions que le consommateur peut avoir avec une marque, que ce soit physiquement ou sur internet. L’UX signifie donc bien plus que la bonne ergonomie ou la facilité d’utilisation d’un produit ou d’un site. Il fait appel aux sentiments et au côté émotionnel de l’utilisateur.

C’est quoi une bonne expérience utilisateur ?

Il désigne l’ensemble des interactions que le consommateur peut avoir avec une marque, que ce soit physiquement ou sur internet. L’UX signifie donc bien plus que la bonne ergonomie ou la facilité d’utilisation d’un produit ou d’un site. Il fait appel aux sentiments et au côté émotionnel de l’utilisateur.

Comment créer une bonne expérience utilisateur ? Voici 7 étapes essentielles : Comprendre les attentes et les besoins de vos utilisateurs. L’idée est de définir le ou les problèmes qu’ils rencontrent afin de leur apporter des solutions qui y répondent. Concevez les premières fonctionnalités de votre produit ou service grâce à l’étape précédente.

Qui a utilisé le mot expérience utilisateur pour la première fois ?

C’est Donald Norman, dans les années 90, qui a le premier inventé ce terme « expérience utilisateur », qui aura le succès que l’on sait.

Qui a popularisé le terme UX ? Terme popularisé par Donald Norman dans les années 1990, « l’expérience utilisateur » est bien plus globale que la simple utilisabilité d’un produit ou juste une interface numérique. UX est complètement centré sur l’individu, son attitude et ses émotions.

Pourquoi l’expérience utilisateur ?

Prendre en compte l’expérience utilisateur, c’est considérer les réactions des clients ou prospects à votre produit ou service, ou avoir plus de chance d’avoir un impact positif sur l’image de votre entreprise.

Quel est le nom du chercheur à l’origine du modèle de l’expérience utilisateur ?

Donald Norman, professeur émérite de sciences cognitives à l’Université de Californie à San Diego, a inventé le terme dans les années 1990 dans The Design of Everyday Things. Il développe l’idée d’une « conception centrée sur l’utilisateur ».

Laisser un commentaire