Comment économiser ou remplacer le gaz dans une maison unifamiliale ?

L’Europe s’attend à une coupure du gaz russe à l’automne. Voici quelques solutions pour réduire complètement ou remplacer le gaz dans les maisons unifamiliales dès maintenant et les aides financières disponibles.

Le 20 juillet, la Commission européenne a présenté son plan d’économie d’énergie pour l’Europe. Lundi 25 juillet, l’Agence internationale de l’énergie a publié sa vision de l’organisation de l’Europe face à la menace d’une coupure de gaz russe. Mardi 26, les ministres européens de l’énergie se réunissent à Bruxelles pour décider d’un plan d’action coordonné…

Bref, l’Europe s’attend à une interruption de l’approvisionnement en gaz russe. Tout cela à un niveau macroéconomique européen, voire mondial. En revanche, que peut-on faire dans une maison individuelle chauffée au gaz pour réduire ou supprimer ces consommations de gaz ? Voici notre premier article sur la réduction des besoins de chauffage et la production d’ECS en maison individuelle.

Les avantages des thermostats programmables

L’intérêt des thermostats programmables

Dans une maison individuelle, le gaz produit de la chaleur pour le chauffage, la production d’eau chaude sanitaire et le chauffage. En ce qui concerne la cuisson, si vous utilisez du gaz, il est toujours possible de remplacer le gaz de ville par une bouteille de propane ou de butane. En planifiant à l’avance, car la demande de gaz en bouteille peut augmenter rapidement à l’automne.

Pour le chauffage, sans remplacer la chaudière à gaz, c’est le moment d’installer un thermostat programmable. Ne vous méprenez pas, si la Russie coupe son approvisionnement en gaz, nous serons confrontés au rationnement.

Un thermostat d’ambiance programmable vous permet de décider quand et à quelle température chauffer. Si les Russes coupent le gaz, on peut oublier le confort et utiliser des thermostats pour décider de la température minimale acceptable.

Malheureusement, le boost « Thermostat Programmable » a été supprimé, il n’y a plus d’aide financière pour l’installation d’un tel équipement. Si la chaudière est déjà équipée, c’est le moment de vérifier que les utilisateurs savent s’en servir.

Un thermostat programmable, couplé à des consignes de température sévères, permet de diviser par deux la consommation de gaz de chauffage.

Il existe des thermostats programmables pour chaudières gaz, fioul et bois à tous les prix. Ils débutent à moins de 100 € HT pour les thermostats filaires non filaires et peuvent aller jusqu’à plus de 200 € HT pour les thermostats connectés sans fil capables d’auto-apprendre le profil thermique de la maison. ©Delta Doré

Réduire les besoins de chauffage

Réduire les besoins de chauffage

Si la maison n’est pas isolée, surtout s’il s’agit d’un grenier, il faut commencer par réduire les besoins énergétiques en isolant les combles, puis les murs, le sol et en changeant les fenêtres. Les solutions techniques d’isolation thermique sont différentes selon que les combles sont occupés ou inoccupés.

Si les combles sont occupés, il est nécessaire de mettre en place une isolation thermique sous laine de bois rampante, laine de roche, laine de verre ou à l’aide de nouveaux matériaux isolants issus de vêtements recyclés. Tous les fabricants, d’Isover à Knauf, proposent désormais des rouleaux ou des feuilles avec beaucoup de coton pour l’isolation des combles.

Si les combles sont inoccupés, le plus simple est de souffler : soufflage de bourre de cellulose, laine de roche, laine de verre…’ (sous réserve d’un plafond de ressources). A compter du 1er janvier 2022, les barèmes maximum de MaPrimeRenov’ sont de 180 €/m² pour une isolation en toiture plate, 75 €/m² pour une isolation thermique sous toitures rampantes et combles inaccessibles.

L’Ecima, le syndicat des industriels de la pâte à papier, estime que la baisse des CEE à l’automne 2021, suivie de la baisse de MaPrimeRenov’ début 2022, a entraîné une forte baisse d’activité et des licenciements chez ses clients. La perspective d’une coupure de gaz russe pourrait augmenter l’isolation des combles. © Ci-dessus

Pour l’eau chaude sanitaire (ECS)

Pour l’eau chaude sanitaire (ECS)

Pour réduire la consommation de gaz pour la production d’ECS, les actions possibles sont différentes selon la technologie de production. Dans tous les cas, si la chaudière le permet, il est simple de réduire la température de l’eau chaude.

Si la production d’ECS est instantanée, en plus de l’abaissement de température, il n’y aura guère d’autre action possible facilement accessible. Si l’ECS est produite par un réchauffeur – ballon avec échangeur de chaleur de la chaudière – il est généralement possible de le modifier pour utiliser une deuxième source d’énergie.

La plus simple est l’hérésie, mais la nécessité fait la loi, elle consiste à la modifier en y ajoutant une résistance électrique. Ou encore le remplacer par un ballon mixte composé d’un échangeur tubulaire relié à la chaudière et d’une résistance électrique. Il n’y a pas d’aide financière pour cela.

N’oublions pas le système de régulation qui décide si la résistance ou l’échangeur est en fonctionnement. L’action la plus simple est manuelle : éteignez l’un et rallumez l’autre. Si la cuve mixte est neuve, elle est accompagnée d’une régulation paramétrable et programmable qui permet de définir et de programmer le critère de basculement.

Une solution simple et très efficace pour la production d’ECS solaire est le CESI individuel avec thermosiphon. Il ne nécessite aucun branchement électrique. La circulation du fluide dans le réseau primaire solaire entre les capteurs et le réchauffeur se fait du fait d’un écart de température. Le réservoir est alimenté en eau froide. ©Solarart

Lors de la dernière exposition d’Intersolar à Munich, Solarpad a combiné le capteur solaire thermique et le réservoir d’eau chaude en un seul appareil, simplifiant encore l’installation d’une solution solaire thermique pour la production d’ECS. Il est possible d’en connecter plusieurs en parallèle au réseau de distribution d’eau chaude de la maison. ©PP

utiliser l’énergie solaire

Faire appel au solaire thermique

Le temps est venu de réhabiliter le CESI ou Chauffe-Eau Solaire Intégré. La plupart des fabricants de chaudières et de pompes à chaleur en proposent. Un bon chauffagiste plombier sait ajouter la partie solaire thermique à un ballon existant si celui-ci dispose d’une trappe pour installer un deuxième échangeur de chaleur. Il n’y a pas d’aide financière spécifique pour cela.

Sinon, il est possible de remplacer la résistance associée à la chaudière par une résistance mixte composée de deux échangeurs hydrauliques, l’un pour le circuit solaire primaire et l’autre relié à la chaudière. Complétez ensuite ce nouveau ballon avec le circuit solaire primaire : pompe de réseau, panneaux solaires thermiques.

De Dietrich, par exemple, propose le CESI Inisol Uno qui combine un ou plusieurs capteurs plans DH 200 SL ou D230 avec des chauffe-eau solaires Inisol Uno pour l’appoint hydraulique. Inisol Uno se compose de deux paquets. Le pack toit intégré dans le toit (D230) ou dans le toit (DH 200 SL), avec 1, 2 ou 3 capteurs (comprend le système de montage et le capteur solaire). Le pack sous-sol comprend un chauffe-eau solaire UNO d’une capacité de 200, 300 ou 400 litres.

Ce chauffage De Dietrich est entièrement équipé et testé en usine pour un raccordement sur tout type de groupe électrogène (fioul, gaz, chaudière bois, pompe à chaleur…), il contient également une station solaire DKP 6-8 et un régulateur solaire SOL AEL . . Autonome et facile à piloter, il gère les apports solaires pour un meilleur rendement. Un chauffage électrique d’appoint est disponible en option. ©DeDietrich

Les CESI sont éligibles au CEE – Fiche Opérationnelle Standard BAR-TH-101 – et à MaPrimeRénov’ pour un montant maximum, sous réserve d’un plafond de ressources, de 4 000 €.

Source : batrama.com / Pascal Poggi

Questions courantes. Comment supprimer le gaz de ma maison puisque je veux passer à l’électricité ? Pour enlever le gaz d’une maison, vous devez contacter le fournisseur. Dans le cas du propane, vous devrez retirer la bonbonne et arrêter votre éventuel contrat de fourniture de gaz.

Qu’est-ce qui consomme du gaz à la maison ?

Dans les pièces à vivre : Éteignez les appareils électriques : tous les appareils électriques laissés en veille (TV, Hi-Fi, ordinateur…) consomment autant qu’un réfrigérateur. Éteignez la lumière en quittant une pièce pour économiser 15% sur votre facture.

Comment réduire la consommation de gaz ? Les bons réflexes à adopter pour votre échauffement

  • Nettoyez soigneusement les grilles d’entrée et de sortie d’air de vos appareils deux fois par an.
  • ne mettez pas de vêtements dessus.
  • empêcher les meubles d’entrer en contact avec les radiateurs.
  • purgez-les au moins une fois par an, avant la saison de chauffe.

Qu’est-ce qui consomme le plus au gaz ?

Dans une maison, le gaz sert principalement à trois usages : le chauffage, l’eau chaude et la cuisine. La consommation ne double ni ne triple selon le nombre d’habitants dans la maison.

Pourquoi je consomme beaucoup de gaz ?

De mauvais réglages de votre chaudière à gaz peuvent également entraîner une consommation excessive. Le réglage de la pression de l’eau peut notamment entraîner une augmentation de la consommation de gaz naturel. Si vous vivez dans une maison, une pression standard entre 1 et 1,5 bar est suffisante.

Est-il vrai que le gaz sera interdit en 2022 ?

Non, la chaudière à gaz n’est pas interdite en 2022 (à une exception près) Le décret n°2022-8 du 5 janvier 2022 et la nouvelle réglementation environnementale RE 2020 ont semé la confusion.

Quand les chaudières à gaz seront-elles interdites ? Les chaudières à gaz seront interdites – enfin en 2022 et non en 2021 comme prévu au début du projet – mais uniquement dans des conditions bien précises et sans impact sur la consommation des ménages.

Quelles chaudières interdites en 2022 ?

Afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre, l’installation d’équipements de chauffage ou de production d’eau chaude alimentés au fioul sera interdite à partir du 1er juillet 2022, sauf en cas d’impossibilité d’utilisation. autres sources d’énergie.

Quel avenir pour les chaudières au gaz ?

L’installation de chauffage au gaz reste autorisée Seules les chaudières domestiques neuves au fioul seront interdites à partir de juillet 2022. L’installation de chauffage au gaz reste autorisée.

Est-il encore intéressant de se chauffer au gaz ?

Un système économique. Le chauffage au gaz est moins cher que le chauffage à l’électricité. Si l’on ajoute à cela le prix très attractif du KiloWatt/heure, et la possibilité de bénéficier d’un crédit d’impôt avec certaines chaudières neuves…

Comment programmer son chauffage pour faire des économies ?

Réduisez votre température de chauffage de 1°C La température idéale est de 19°C pour les pièces à vivre et de seulement 17°C pour les chambres. Astuce : Le soir, avant de vous coucher, pensez à baisser un peu plus la température de votre chambre (de 19°C à 17°C), pour plus d’économies.

Comment chauffer économiquement ? Le poêle à bois est souvent utilisé comme chauffage d’appoint. Avec un coût moyen de 40 euros/MWh, c’est la plus économique du marché. La chaudière à bois : Opter pour une chaudière à bois est une excellente idée pour les maisons de grand volume et donc situées davantage en zone rurale.

Laisser un commentaire