Elon Musk a accusé Twitter de « fraude », dans une bataille juridique pour prendre le relais

AFP, publié le samedi 06 août 2022 à 00:02

Le multimilliardaire et patron de Tesla, Elon Musk, a accusé Twitter de « fraude » dans la bataille juridique concernant l’accord d’achat du réseau social pour 44 milliards de dollars, un accord qu’il cherche maintenant à rompre.

Elon Musk assure que Twitter a « fraudé », en augmentant volontairement le nombre de comptes monétisables, selon ses arguments présentés jeudi soir devant le tribunal, et consultés vendredi par l’AFP.

Le patron de Tesla avait porté plainte contre Twitter fin juillet, après avoir lui-même été poursuivi par la plateforme, qui veut qu’il respecte son engagement d’achat.

Ses avocats, dans ce document de 165 pages, accusent Twitter de « cacher la vérité », revendiquant 238 millions d’utilisateurs monétisables par jour, mais en réalité il y en a 65 millions de moins.

De plus, « la majorité des publicités » ne seront diffusées qu’à « moins de 16 millions d’utilisateurs, une fraction » de ce que revendique Twitter.

La plainte, qui qualifie de « péchés » le réseau social, affirme que « Twitter a frénétiquement bloqué la circulation des informations dans une tentative désespérée d’empêcher (Elon Musk) de découvrir la fraude ».

Elon Musk a approché Twitter en avril puis a signé un accord pour acheter le réseau social pour 54,20 $ par action. Il a unilatéralement rompu cette promesse début juillet, arguant que la société aurait menti sur la proportion de comptes automatisés et de spam sur sa plateforme.

Une bataille judiciaire est désormais en cours.

En effet, début juillet, Twitter a demandé à Elon Musk devant la Delaware Court of Chancery, un tribunal spécialisé en droit des affaires, de le contraindre à honorer sa promesse.

Deux semaines plus tard, Elon Musk a contre-attaqué avec une plainte « confidentielle » déposée dans la même juridiction. Il demande au tribunal de se débarrasser de l’accord et d’ordonner à Twitter de lui verser des dommages et intérêts.

Le procès devrait s’ouvrir le 17 octobre et durer cinq jours.

Auparavant, les actionnaires de Twitter se réuniront le 13 septembre pour autoriser ou non cette acquisition, qui représentait une plus-value substantielle pour les actionnaires.

« La contre-attaque de Musk sur Twitter a soulevé quelques points intéressants, mais Wall Street y voit plus un signe de faiblesse que de force pour Musk alors qu’il se dirige vers le tribunal du Delaware », a déclaré à l’AFP l’analyste Dan Ives de Wedbush Securities.

Selon lui, Twitter est en bonne position pour gagner la bataille contre le milliardaire.

Twitter a déposé sa réponse à la plainte d’Elon Musk devant le tribunal jeudi. Selon ce document, le patron de Tesla accuse le conseil d’administration de cacher la véritable proportion de comptes inauthentiques, quand Twitter assure qu’elle est inférieure à 5 %.

La plateforme répond que le commerçant a précipité les négociations et que l’accord n’a jamais mentionné les faux comptes.

Les avocats du réseau social dénoncent « une tentative d’évasion d’un contrat que Musk ne trouve plus intéressant depuis l’effondrement de la Bourse ».

Entre la baisse générale de la Bourse ces derniers mois, la baisse des revenus publicitaires des réseaux sociaux liée à la conjoncture économique et les critiques publiques d’Elon Musk, l’action de Twitter était tombée aux alentours de 32 dollars le 11 juillet.

Il valait vendredi à la clôture 42,52 dollars, en hausse de 3,56%. L’action Tesla a perdu 6,63% à 864,51 dollars.

Elon Musk a été interrogé jeudi soir lors de l’assemblée générale des actionnaires de Tesla sur la situation avec Twitter.

Prudemment, alors qu’en pleine tourmente judiciaire, l’entrepreneur s’est contenté d’affirmer : « J’utilise beaucoup Twitter (…) et comme je comprends très bien ce produit, j’ai une bonne idée de comment orienter l’ingénierie l’équipe de Twitter pour améliorer radicalement le produit. »

Mais « je n’ai pas besoin de Twitter pour ça », a-t-il ajouté.

Laisser un commentaire