Elon Musk accuse Twitter de l’avoir trompé, le réseau dément

Twitter a déposé jeudi sa réponse à la plainte d’Elon Musk devant le tribunal, donnant une image plus précise des arguments du multimilliardaire tentant de sortir de l’accord de rachat du réseau social, l’accusant de « poudre dans les yeux ». Les affirmations du patron de Tesla et SpaceX « sont factuellement fausses, juridiquement inadéquates et commercialement non pertinentes. Nous avons hâte que le procès ait lieu », a tweeté jeudi Bret Taylor, président du conseil d’administration de la plateforme.

À la mi-juillet, Twitter a poursuivi Elon Musk devant la Delaware Court of Chancery, un tribunal de droit des sociétés, pour le forcer à honorer son obligation de prise de contrôle de 44 milliards de dollars. Le procès commence le 17 octobre. Mais vendredi, l’homme le plus riche du monde a contre-attaqué avec une plainte « confidentielle ». « Selon Musk – le milliardaire qui a fondé plusieurs entreprises et est conseillé par des banquiers et des avocats de Wall Street – Twitter lui a jeté de la fumée et des miroirs pour lui faire signer l’accord d’acquisition », a indiqué le réseau social. « C’est une tentative d’échapper à un contrat que Musk ne trouve plus attractif depuis la chute de la bourse », ont déclaré ses avocats.

A lire aussiTwitter appelle au duel avec Elon Musk pour justifier son retard de croissance

VOIR AUSSI – Twitter poursuit Elon Musk pour l’avoir forcé à racheter

Elon Musk a approché Twitter en avril, puis a signé un accord pour 54,20 $ par action. Il y a mis fin unilatéralement début juillet, au motif que l’entreprise basée à San Francisco avait menti sur la part des comptes automatisés et spams sur sa plateforme. Selon le document remis jeudi par Twitter, le patron de Tesla accuse le conseil d’administration de cacher le nombre réel de comptes non authentiques, qui représentent selon lui environ 10 % des utilisateurs actifs quotidiens et sont exposés à des publicités. Twitter l’estime à moins de 5%.

Les documents officiels déposés par la plateforme auprès de l’agent de change américain « contiennent de nombreuses fausses déclarations et omissions matérielles qui faussent la valeur de Twitter et ont conduit Elon Musk à accepter de racheter l’entreprise à un prix trop élevé », assurent les avocats de l’homme d’affaires. La stratégie de Twitter, poursuivent-ils, est de « jouer à cache-cache » pour empêcher l’acheteur de « trouver la vérité le plus longtemps possible ». Twitter répond que l’homme d’affaires a précipité les négociations et que l’accord n’a jamais mentionné les faux comptes.

Entre la baisse générale du marché boursier ces derniers mois, la baisse des revenus publicitaires sur les réseaux sociaux (en raison des conditions économiques) et les critiques publiques d’Elon Musk, l’action de Twitter s’était effondrée à environ 32 dollars le 11 juillet. Il valait environ 41 $ jeudi.

Laisser un commentaire