God of War, Horizon Forbidden West… une énorme arnaque en édition collector sans jeu physique

|

13 juillet 2022

– Mise à jour : 13/07/2022 14:38

JL Techer |

13 juillet 2022

Achète et tais-toi

– Mise à jour : 13/07/2022 14:38

Depuis plusieurs années, des jeux AAA comme God of War, Horizon Forbidden West ou Resident Evil : Village bénéficient d’éditions collector qui ne contiennent aucun jeu physique. Retour sur une nouvelle tendance sombre.

Le plaisir d’ouvrir l’immense boite aux couleurs d’un titre tant attendu, de découvrir un tas de goodies, bien souvent complètement inutiles et donc absolument indispensables, puis de prendre la cartouche ou la manette et de la glisser dans la console pour le découvrir avec surprise (ou consternation) que ce soit bientôt fini ?

Les collectionneurs de jeux vidéo, et les éditions collectors en particulier, n’auront de cesse de clamer que rien n’est comparable au frisson de découvrir le contenu volumineux de ces éditions, tantôt épaisses comme une enveloppe, tantôt bien trop grandes pour les plats déjà pleins de noyau dur. . joueurs.

Le regard du joueur deux secondes avant d’ouvrir un jeu fulgurant

La dématérialisation des produits vidéoludiques s’accélère d’année en année, il semblerait que les éditeurs ralentissent de plus en plus des deux pieds lorsqu’il s’agit de produire des éditions physiques pour leurs titres. Si cela se comprend pour les indépendants, les frais d’édition étant un poste de dépense très onéreux, pour les principaux acteurs de l’industrie la méthode est plus controversée, d’autant plus lorsqu’elle conduit à des aberrations comme le fait de lancer des éditions collectors . à des prix prohibitifs, hors jeu physique.

Va te faire Scalper

Resident Evil 7 et Village, Horizon Forbidden West et bientôt God of War : Ragnarök ont ​​tous proposé, et proposeront, des éditions collector limitées de leur logiciel. Des éditions dont les prix grimpent entre 199 € et 299 € lors de leurs précommandes, et qui, après avoir rapidement disparu des stands digitaux et physiques, peuvent atteindre des montants stratosphériques, trois à quatre fois le prix initial. Retour à la pratique croissante.

Bim ! Directement dans le portefeuille !

Quel que soit le prix de vente des éditions collectors, elles disparaissent aussi vite qu’elles sont apparues. Il semble que les collectionneurs soient prêts à tout pour posséder un objet rare, même si cela signifie mettre le prix d’une nouvelle console dans un jeu avec un ensemble d’objets bonus. A peine une semaine après leur mise en vente dans les boutiques des éditeurs, les éditions collector d’Elden Ring ou d’Horizon Forbidden West étaient en rupture de stock.

Pour la modique somme de 299 €, les fans de From Software pouvaient acquérir un coffret contenant une statue de Malenia, une réplique du casque du guerrier, un livre d’acier, un artbook, la bande originale au format numérique, et le disque du jeu de base. Malgré un prix élevé, les joueurs ont sauté dessus, avant même que le jeu n’arrive dans les rayons.

Un casque pour faire classe la nuit

De son côté, Horizon Forbidden West a proposé plusieurs éditions aux collectionneurs, à des prix allant de 89,99 € à 269,99 €. Dans sa version la plus chère, appelée « Regalla Edition », le package contenait plusieurs figurines, dont une de la créature pachydermique Defense Strike, une figurine d’Aloy, la copie du Focus, un petit artbook, quelques bonus in-game, et un livre d’acier. Point commun des multiples versions : elles proposaient des steel books vierges, ne contenant que les codes de téléchargement du jeu.

Pour 100 balles t’as plus rien

Une pratique déjà familière aux fans de Capcom, puisque la société proposait des collectors RE7 et Resident Evil Village comprenant des figurines, des cartes et des livres en acier, également vides de tout disque. Il ne s’agit pas ici de remettre en cause la pratique des précommandes et des achats à l’aveugle concernant des titres qui n’ont pas encore atteint le marché, mais plutôt de se demander à quoi sert l’acquisition d’une édition limitée d’un livre souple, voire même. contenu physique du jeu ? Quel est l’intérêt d’acheter uniquement un ensemble de jouets fabriqué en Chine ?

Pour tout obtenir, sauf le disque du jeu

Les éditeurs se défendent face aux critiques qui leur sont adressées à propos de ces pratiques en avançant deux arguments principaux. Tout d’abord, cela limiterait la pratique du scalping, qui consiste à acheter des objets en édition limitée et à les revendre au prix fort. Avec un seul code de jeu inclus dans ces éditions collector, une fois le code encaissé, il ne reste plus qu’un ensemble de biens de qualité variable, dont la revente est bien moins attractive.

Cela aurait également pour effet d’éviter le marché de l’occasion, contre lequel les éditeurs se battent depuis le début de l’industrie du jeu vidéo. Pas de disque à revendre, donc pas de seconde vie pour le jeu, et pas de revente là où les studios ne touchent pas le moindre euro.

Les joueurs prient pour un vrai disque de jeu

En parallèle, rappelons que vendre des jeux dématérialisés est devenu plus que démocratique. Selon les données du site Resetera, la part des logiciels numériques atteindrait 80% sur PS4 et PS5 en 2021 à l’échelle mondiale, et la dématérialisation représenterait 82% des ventes totales de jeux vidéo en France en 2021 selon SELL. augmentation de plus de 10 points en moins de 5 ans en faveur du format numérique.

Au vu de la faible part représentée par les partisans résistants du physique, les éditeurs n’ont donc rien à voir avec cette minorité réclamant la nécessité de posséder un jeu dans sa version physique. Si la pratique consistant à ne pas inclure de jeux physiques dans les éditions collector est légitimement discutable, elle a encore de beaux jours devant eux étant donné que, bien qu’il n’y ait pas de véritables disques prêts à l’emploi à utiliser dans ces packages, ils trouvent preneurs plus rapidement que la diffusion de fausses nouvelles sur Twitter.

Les tenants du physique résistent au dématérialisé

Aymar Azaïzia, directeur des soins cross-média et développement commercial chez Ubisoft, a expliqué cette pratique d’un point de vue logistique et la gestion des plannings des éditeurs. Selon lui, il ne s’agirait pas de lutter contre la revente, mais plutôt de gérer des contraintes logistiques et financières de plus en plus fortes.

Tout savoir sur God of War : Ragnarök

God of War : Ragnarök – tous les secrets cachés dans la bande-annonce

God of War : Ragnarok s’offre une bande annonce furieuse et une date de sortie pour le retour de Kratos

100 millions de joueurs PS5 : les ambitions mégalos du PDG de Sony

Les jeux vidéo sont gravés dans des usines spécifiques, qui ne sont pas celles qui produisent et assemblent les jouets ou goodies inclus dans les éditions collector. Ces rassemblements ont lieu bien avant le lancement des jeux, qui ne sont généralement prêts à sortir que quelques semaines avant le grand jour.

Laisser un commentaire