Google va financer une quarantaine de médias européens, dont 8 français

AFP, publié le jeudi 29 septembre 2022 à 09h11

Google financera le projet pour une quarantaine de médias européens qu’il juge innovants, dont 8 médias français, dont L’Humanité, Konbini ou Les jours, jusqu’à un maximum de 150.000 euros chacun, a annoncé jeudi la société américaine.

Le géant du web, qui a lancé son « défi innovation » en 2018, a ouvert en avril l’appel à ce projet, déjà en test dans d’autres régions du monde, aux médias du Vieux Continent avec un maximum de 50 journalistes.

Sur plus de 600 candidatures provenant de 38 pays, 47 lauréats ont été sélectionnés dans 21 pays, la France étant le pays le plus nombreux.

Le site Les Jours notamment est tenté de se demander « comment enrichir l’enquête » avec la visualisation et la cartographie des groupes d’influence, explique Ludovic Blecher, directeur de l’innovation à la Google News Initiative.

Le quotidien L’Humanité a été récompensé pour ses projets liés au web3 (blockchain, NFT, etc.) et impliquant la création d’une DAO (organisation autonome décentralisée), une structure aux règles créées par sa communauté.

Le site Konbini se démarque par son utilisation de la « gamification », une technique de jeu vidéo, pour séduire un public plus jeune, selon Google.

L’agence Wedodata Futura (ex-Futura Sciences), le site Africa Business+, la newsletter Voxe et l’éditeur So Press faisaient également partie des lauréats français.

Partout en Europe, la guerre en Ukraine a affecté certains projets, comme Novaya Gazeta Europe, créée en Lettonie cette année après une interdiction des médias en Russie, qui vise à mieux s’adresser à la diaspora russophone. Et un consortium de journaux régionaux polonais créera une application qui mettra en relation des réfugiés ukrainiens et des journalistes qui parlent leur langue.

Dans un tout autre domaine, le quotidien espagnol Público va créer une application d’information pour les parents.

« Il existe de nombreux projets centrés sur la nécessité de recréer des liens, de la confiance », dans lesquels les médias ont jusqu’à présent eu tendance à soutenir la lutte contre les fausses informations, note Ludovic Blecher.

Régulièrement accusé de siphonner les revenus publicitaires des médias, Google a renforcé son soutien à la presse ces dernières années.

Ainsi, l’entreprise a lancé un fonds pour l’innovation numérique dans la presse en 2013 en France, puis, à l’échelle européenne, la « Digital News Initiative » (DNI ou Initiative pour le journalisme numérique) en 2015, a financé de nombreux projets de plus grande envergure.

Des entreprises américaines ont également signé des accords sur la rémunération des soi-disant « droits voisins » avec divers médias.

L’AFP a ainsi signé fin 2021 avec Google un accord sur les « droits de voisinage » qui récompensait l’agence pendant cinq ans pour ses contenus servis par le géant américain, ainsi que deux contrats commerciaux, également signés pour cinq ans.

Le premier porte sur la formation de journalistes et d’étudiants en journalisme du monde entier aux techniques d’enquête numérique ; le second sur la production de « mobile stories », un format visuel vertical pour smartphones. Le montant de cet accord est confidentiel.

Laisser un commentaire