Hellfest 2022 Jour 5 : Il pleut en enfer

Après 4 jours de temps assez ensoleillé (autour de la limite de pyrolyse le jour 2, diront même certains), la pluie tombera sur Clisson en ce jour 5. Les quelques sauterelles qui ont survécu les 4 premiers jours ne résisteront pas, et les la célèbre Bouillasse revient faire son grand retour après des années de disgrâce sur le site !

Mais est-ce suffisant pour décourager nos courageux métalleux ? Quel Pouic ! Le soir, il y a un peu moins de densité sur la scène principale, mais l’ambiance reste bonne !

Une après-midi pluvieuse… et éclectique

Nous partons (en plus) un peu plus tard dans l’après-midi devant nos Brits by Nitzer Ebb. Si la filière est assez bien représentée lors de cette édition extraordinaire du Hellfest, il n’en est pas de même pour l’électrique, plus rare dans les domaines de Clisson. La combinaison des deux, a donné à Nitzer Ebb une électro dynamique et puissante à un public de Mainstage 1, emmenant quelques fans avec lui !

Nous restons en tête de la scène principale, et il y a une atmosphère différente – mais aussi britannique – que les gens créent. Au programme nos camarades rigolos un peu de speed de Dragonforce ! 6 ans après leur dernière apparition au festival, nos guitares et rythmes fondus ne reviennent jamais en dessous de 200bpm pleins d’énergie. Les chansons s’enchaînent avec enthousiasme, multipliant les références sur les jeux vidéo (avec une mention spéciale sur Skyrim). On profite tout de même de quelques breaks plus typés Power Metal/Epic traditionnels pour reposer nos oreilles blessées par les séquences déjantées d’Herman Li et Sam Totman. Même Céline avec My Heart Will Go On a vu sa guérison ! On vous rassure, le public du festival a pu reprendre sa guitare plastique (ou son clavier pour les plus hardcore) en rejouant – virtuellement – Through the Fire & amp; Flammes avec le groupe !

L’après-midi sous les couleurs de l’Union Jack se poursuit avec le retour (ils étaient déjà là le 1er week-end) du Killing Joke. Nos (presque) grands-parents (le groupe a été fondé en 1979) interprètent leur set avec brio et se souviennent de leur rôle clé dans de nombreux groupes actuels. Ce qui est toujours assez surprenant : ce qui était une violence majeure pour Mme Michu en 1980 est aujourd’hui utilisé comme musique pour chatons. Il faut dire que Killing Joke est très silencieux pour une oreille qui va régulièrement à l’autel !

Enfin, rockons sous le soleil (ou du moins loin de la pluie sous le temple) avec les Portugais de Moonspell. Est-ce encore la peine de présenter ce groupe Dark/Death/Folk qui propose un répertoire diversifié à l’énergie toujours indestructible ? Chapeau à Fernando Ribeiro et ses acolytes pour toujours nous donner autant de jus, d’énergie et d’envie au fil de leurs shows. Car lorsque l’imagerie est nuit et noir, c’est bien la puissance et l’énergie solaire qui sortent de ce groupe !

Une nuit énergique et cauchemardesque avec Alice Cooper et Nine Inch Nails

Le prince des ténèbres domine le Hellfest

Outre Iron Maiden, Alice Cooper est probablement le groupe le plus respecté de la scène Hard Rock / Metal. Souffrant d’une main de maître (des ténèbres) de Vincent Damon Fournier, le groupe a enchaîné les tubes pendant 13h10.

Tout le bestiaire d’Alice Cooper y passe : les marionnettes géantes des bébés, les serrures de l’épée et les ballons, le battle jacket sur I Love The Dead, la fameuse guillotine du meurtre, … c’est plus qu’un concert c’est un vrai Show sans arrêt. Parce qu’il n’y a presque pas de pause! De Feed my Frankenstein à School’s Out, le public est captivé.

Nine Inch Nails pour un show violent et maîtrisé

Si les dieux du métal industriel restent les Allemands de Rammstein, Nine Inch Nails joue dans la cour des grands depuis des années. Musicalement moins accessibles sont le show ainsi que le son parfaitement maîtrisé. Sur scène, Jack of All Trades Trent Reznor montre que c’est à l’intérieur de Nine Inch Nails qu’il est le plus à l’aise. A 57 ans, l’artiste déborde d’énergie.

Depuis le début, Nine Inch Nails travaille avec M. Autodestruction, souhait et dernier son pour un concert qui sera tout sauf relaxant !

Tom est un geek pour l’éternité. Grand cinéphile, il ne manque jamais une occasion d’aller dans les salles obscures pour voir les films les plus drôles qui soient. Une bonne chose qui n’arrive jamais seule, il est aussi lecteur de BD et de science-fiction. Un conseil, ne lui donnez pas de coups de pied dans Spider-Man’s One More Day, ça le rendra génial…

Laisser un commentaire