Incendies en Gironde : Votre maison est détruite, « il ne nous reste plus rien », témoignent des propriétaires à Guillos

A ces pertes, minimes en nombre compte tenu de l’ampleur du sinistre, 19 370 hectares se sont mis à fumer, en plus de la résidence Guillos détruite, chemin Guillemin, le 15 juillet en début d’après-midi. Ce jour-là, Corinne et Christophe Videaud ont appris que les flammes avaient submergé les pompiers dans cette zone boisée.

De la vie, de l’espoir

« Le maire de Guillos m’a appelé pour me prévenir, j’étais au travail », témoigne le quinquagénaire, agent de sécurité dans la métropole bordelaise. Retour immédiat en Sud Gironde. Sans pouvoir accéder à sa maison. Périmètre de barytine. « Nous ne connaissions pas l’étendue des dégâts. Nous n’avons pu accéder à notre appartement que le lundi matin à 18 heures, escortés de gendarmes, lors d’une pause. »

Christophe et Corinne savent désormais à quoi s’attendre : « Nous avons tout perdu. Le couple vit désormais dans leur camion Tessoro 451, garé au camping Beau Soleil à Gradignan. Loin et près de Guillos à la fois. La couverture de fumée posée sur la Gironde sert de coup de rappel.

Les chiens sauvés

« Nous avons avancé les frais de camp. Notre assurance vient de nous verser une première enveloppe d’urgence pour qu’on puisse acheter quelques vêtements », partage Christophe Videaud, qui retient son souffle. « Il y a de la vie, donc il y a de l’espoir. Nous allons bien, nos deux fils aussi. Et nous avons pu récupérer nos deux chiens, un douanier bordelais et un labrador. Les chiens ont été transportés dans la soute du camping-car.

Christophe et Corinne relativisent. Ils recherchent une location dans la métropole en attendant d’entamer toutes les démarches administratives pour la reconstruction de leur maison. L’essentiel est ailleurs pour eux : leur fils Guillaume est sapeur-pompier professionnel à Libourne. « Il brûle depuis le début. Il va bien », partage le père.

Laisser un commentaire