Japan Expo 2022 : « C’est vrai que j’aime dessiner », rencontre avec Mamoru Yokota

– Publié le 16 juillet 2022 à 10h00

Mamoru Yokota, un homme d’affaires qui a participé à l’adaptation de séries mythiques comme Death Note ou Naruto, était présent pour Japan Expo 2022. Et nous avons pu poser quelques questions !

Mamoru Yokota a une bouteille. Illustrateur, character designer, producteur pour l’animation, les jeux vidéo, consultants pour la série, le CV qu’il peut mettre sur la table est extrêmement riche. Celui qui a participé à Death Note, Naruto Shippûden, ainsi qu’au film très attendu cet été One Piece RED a répondu aux questions de la rédaction de Japan Expo 2022.

Mr Yokota, comment êtes-vous entré dans le monde de l’adaptation anime ?

Pour tout vous dire, j’ai d’abord commencé comme cuisinier dans un restaurant chinois pour aider ma mère, qui était seule depuis la mort de son père. Après quelques années et après avoir retrouvé une stabilité financière, ma mère m’a dit que je pouvais faire ce que je voulais. Comme j’aimais dessiner, je suis allé dans une école privée spécialisée dans les techniques d’animation. Mais, même si le cursus a 2 ans, au bout de 6 mois j’avais déjà envie de travailler, et après avoir trouvé une offre d’emploi dans un studio, j’ai quitté l’école pour rejoindre cette étude.

Mais comme je l’ai dit, j’aimais beaucoup dessiner, je lisais beaucoup plus de mangas que d’animes. J’ai hésité un instant à rejoindre le monde du manga. Mais l’avenir plus incertain d’un mangaka, les besoins supplémentaires spécifiques de ce métier – la conception d’une histoire, son développement, la collaboration avec un directeur éditorial… – m’ont poussé à me lancer d’abord dans l’animation. Je voulais d’abord être vraiment bon en dessin avant de revenir au manga, puis j’ai fini par rester dans l’animation.

Justement, regrettez-vous de ne pas avoir tenté la carrière de mangaka ?

Pour être honnête, si je le voulais vraiment, je pourrais revenir au manga. D’autant plus que les limites du mangaka sont loin d’être épiques. Après tout, c’est vrai que j’adore dessiner. Mais j’ai eu l’occasion de faire beaucoup de travail, dans l’illustration, le design pour des jeux vidéo, pour des séries live, donc je ne le regrette pas vraiment. J’ai eu l’occasion de dessiner beaucoup, et peut-être même plus que si j’étais mangaka. Alors non. Je me dis que si un jour je veux tenter l’expérience, je pourrais le faire.

Vous avez notamment été l’animation director du manga culte Death Note, y a-t-il une pression particulière quand la série est particulièrement populaire ?

Non, pas particulièrement. J’ai beaucoup aimé le travail lui-même, et le style du mangaka [ndlr : Takeshi Obata], que j’avais suivi depuis ses débuts à l’ère Cyborg Jii-chan. Je n’ai donc ressenti aucune pression.

En parlant de manga populaire, vous avez aussi participé à l’adaptation de plusieurs épisodes de Naruto Shippûden, sûrement le manga le suivi au monde à l’époque. Comment s’organisent des collaborations ponctuelles aussi prestigieuses ?

En fait, à l’époque de Naruto, un de mes amis a travaillé sur la série. Un jour, comme il manquait de personnel, il m’a demandé si je voulais le rejoindre. Comme je connais beaucoup de monde au Studio Pierrot, j’ai pu faire des interviews, et comme ça s’est bien passé, j’ai commencé à travailler sur trois épisodes. Ce n’était pas mal du tout, mais malheureusement j’avais de gros problèmes de santé à l’époque qui m’ont obligé à arrêter. Sans eux, je pense que j’aurais travaillé beaucoup plus longtemps sur ce travail.

Vous travaillez aussi pour le monde des jeux vidéos. Pouvez-nous dire quelles sont les différences en tant que character designer d’avec le monde de l’animation ?

Disons qu’en termes de story design, et de designs, il y a beaucoup de points communs entre les deux médiums. C’est plutôt l’organisation du calendrier, la structure du travail qui est différente. Et ayant été producteur de jeux vidéo et d’animation, j’ai l’habitude de gérer des projets dans ces deux espaces.

Pour finir, sur quels projets travaillez-vous en ce moment ?

J’ai travaillé sur quelques scènes pour le prochain film One Piece Red ces derniers temps. Mais en ce moment, j’ai beaucoup plus d’offres en dehors du domaine de l’animation que dans les derniers. Par exemple, aujourd’hui NDLR : [15 juillet 2022] sort un light novel dont j’ai fait les illustrations.

Abonnez-vous pour ne rien rater de l’actualité

Google, Facebook, Wikipédia, Youtube… ces sites sont parmi les plus visités au monde et sont tous gratuits au premier abord. C’est également le cas de nombreux médias en ligne, blogs, sites de streaming…

Quelles sont les différentes stratégies commerciales ?

6 exemples de stratégies commerciales pour vous inspirer pour votre entreprise

  • Établir une stratégie commerciale pour les grands comptes. …
  • Répondre aux appels d’offres. …
  • Fidélisez vos clients grâce à la vente incitative. …
  • Entrez dans un marché de niche. …
  • Essayez une stratégie de trading freemium.

Quelle est la meilleure stratégie commerciale ? La stratégie commerciale idéale est celle qui maximise la rentabilité et la pérennité de votre entreprise sur une période de temps définie en tenant compte de vos ressources actuelles et potentielles. Faire un bilan régulier des actions entreprises permet de déterminer où réinvestir.

C’est quoi une stratégie commerciale ?

La stratégie commerciale consiste en la définition et la mise en place des coordonnées marketing et des moyens commerciaux pour atteindre les objectifs fixés. La stratégie commerciale doit tenir compte des forces et faiblesses de l’entreprise et de son environnement.

Quelles sont les stratégies commerciales ?

La stratégie marketing est la mise en place d’outils marketing et marketing coordonnés qui permettent de gagner de nouveaux clients… et ainsi de booster les ventes. Elle affecte le marketing-mix, c’est-à-dire le prix, la communication, la distribution, le produit, la relation avec les clients.

Quel est le modèle économique freemium ?

Autrement dit, selon Eric Benjamin Seufert, le modèle économique freemium stipule que les caractéristiques de base d’un produit ou d’un service doivent être offertes gratuitement, dans un environnement où les coûts marginaux de distribution et de production sont très faibles ou nuls.

Qu’est-ce que le freemium ? DEEZER. Service de streaming musical. Quel que soit le genre musical, les utilisateurs peuvent écouter de la musique, créer, mais aussi échanger des playlists.

Qu’est-ce qu’un logiciel freemium ?

Freemium est un modèle commercial moderne souvent exploité par des outils et des applications en ligne. Il repose sur la distribution gratuite d’un produit ou d’un service, pour gagner rapidement un grand nombre d’utilisateurs.

Quelle est une caractéristique du modèle freemium ?

Freemium est une politique tarifaire qui combine gratuit et premium. Concrètement, cela se traduit par la fragmentation d’une offre en plusieurs niveaux, le premier étant gratuit et le dernier nécessitant un abonnement payant pour permettre aux utilisateurs de profiter de toutes les fonctionnalités du produit.

Quel est le but des influenceurs ?

Le but d’un influenceur est de proposer un contenu de qualité qui se démarque des autres. Il y a donc tout un processus à suivre pour définir ce contenu et le créer, tout en optimisant vos réseaux sociaux pour gagner des followers.

Qui influence l’influenceur ? L’influenceur est généralement à la tête de la communauté plus ou moins importante, ce qui lui confère ainsi en grande partie son influence. Quoi qu’on en dise, la taille de la communauté des influenceurs est un facteur toujours déterminant pour les marques et entreprises qui font appel à ces stars du web.

Quel est le rôle d’un influenceuse ?

Il s’agit plus précisément d’une personne qui, du fait de sa notoriété ou de la qualité de ses posts, génère l’adhésion d’une communauté sur les réseaux sociaux. En effet, le web permet à de nombreuses personnes de gagner en influence et d’être suivies par des milliers, voire des millions d’abonnés.

Pourquoi les gens suivent les influenceurs ?

Ainsi, la diffusion gagne en rapidité et en visibilité, car le but – qui devient obsessionnel – des influenceurs est toujours d’augmenter leur nombre d’impressions, leur notoriété et leurs abonnés : un avantage pour les marques.

Laisser un commentaire