Jean-Bernard Lévy : « Il faut maintenir une FED unique »

Dans BFM Business de ce lundi, le PDG d’EDF Jean-Bernard Lévy est revenu sur les conséquences de la nationalisation du groupe énergétique.

EDF doit rester un groupe « unique », a déclaré lundi le PDG d’EDF, Jean-Bernard Lévy, en réponse aux craintes des syndicats, qui craignent que la renationalisation annoncée du groupe ne soit le prélude à un futur démantèlement.

« Il faut dire à tous les Français que notre pays a de la chance d’avoir un formidable énergéticien qui s’appelle EDF », a-t-il déclaré, enthousiasmé par le fait que le groupe « sait tout faire », citant le nucléaire, l’hydraulique, les énergies renouvelables.

« Quelle utopie! »

Au cours des cinq années précédentes, pendant environ 18 mois, les syndicats de l’opérateur historique se sont battus contre un projet de réorganisation, baptisé Hercules, destiné à apporter des ressources en mettant en bourse les activités d’EDF liées aux énergies renouvelables et en améliorant la rémunération de la filière nucléaire. , mais que les syndicats voyaient comme un démantèlement.

Succession anticipée

Il a également confirmé qu’il était sur la même longueur d’onde que l’État quant à son projet de succession : « Je suis moi-même allé voir l’État et je leur ai dit : il va y avoir une très grande réforme de l’EDF qui va durer à peu près pendant durée du mandat de cinq ans et j’aurai 68 ans en mars de l’année prochaine ».

« Avec l’Etat, nous avons construit une solution, qui est, dès la période actuelle, de lancer le processus menant à mon remplacement », a-t-il ajouté, estimant « c’est normal qu’il y ait un pilote qui assure cette réforme dans la durée et c’est pas moi, vu mon âge ».

Laisser un commentaire