La maison d’Emile Zola à Médan

Emile Zola aime Médan. Il écrit à son ami Gustave Flaubert :

J’ai trouvé une maison dans un trou charmant, un clapier qui a l’avantage d’être loin de tout et de ne pas avoir un seul citoyen dans le quartier.

C’est à Médan qu’il écrit la plupart de ses succès littéraires : « Nana », « Germinal », « La Bête humaine » et « Au Bonheur des Dames ».

Pour voir ce contenu YouTube, vous devez accepter les cookies publicitaires.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêts.

A la mort de Zola, Alexandrine, son épouse, fait don de la maison à l’aide publique de Médan qui deviendra un musée dans les années 1980, musée rénové par l’homme d’affaires et personnalité culturelle Pierre Bergé. Situé à 33 kilomètres de Paris dans les Yvelines, en visitant la maison d’Emile Zola à Médan, vous serez plongé dans l’intimité de l’écrivain et journaliste, 500 documents pour revivre l’affaire Dreyfus, dont le célèbre « J’acte d’accusation », article imprimé dans le journal l’aurore du 13 janvier 1898 sous la forme d’une lettre adressée au président de la République Félix Faure Un Zola flamboyant et fougueux pour réhabiliter le capitaine Dreyfus.

Je n’ai qu’une passion, celle de la lumière, au nom de l’humanité qui a tant souffert et qui a droit au bonheur. Ma protestation ardente n’est que le cri de mon âme

Laisser un commentaire