Le nouveau tarif commercial Optima appliqué aux industriels

L’application de la nouvelle tarification commerciale Optima, réservée aux constructeurs, a été approuvée par le Conseil des ministres tenu à Iavoloha. Dans un communiqué connexe, la présidence précise que la consommation d’électricité des entreprises pour le mois de juillet sera désormais calculée avec ce nouveau tarif. Ils verront alors les changements dans les factures qu’ils recevront ce mois d’août.

Cette décision aurait été prise après des réunions successives des parties prenantes, à savoir l’Etat, la société malgache d’eau et d’électricité (JIRAMA) et ses clients « grands comptes », la Banque mondiale ainsi que les différents groupements d’entreprises. à Madagascar, comme GEM, SIM, FIVMPAMA, FHORM, et SEBTP et GEFP. Ils se seraient mis d’accord sur l’application de cette nouvelle tarification.

Cette tarification concerne notamment les industriels qui opèrent dans le domaine de la confection de tissus comme le tissage et la filature, dans la cimenterie, dans le travail du métal ou dans la transformation de produits chimiques, précise le rapport du Conseil des ministres. Cela montre « la volonté de l’Etat de veiller sur les filières locales », indique la présidence. L’application de cette nouvelle tarification devrait permettre de redresser l’entreprise publique productrice d’électricité tout en préservant les activités des entreprises.

Des sources concordantes indiquent que la JIRAMA a présenté des propositions tarifaires depuis juin, afin de mieux gérer sa situation financière, mais ces propositions ont toujours été rejetées par le secteur privé, qui les a qualifiées d’incompatibles avec la situation actuelle. Une augmentation jusqu’à 100% de la facture d’électricité avait été constatée dans une simulation réalisée avec l’une des propositions précédentes. Mais grâce aux efforts de toutes les parties prenantes, cette nouvelle tarification a été décidée.

Si la résolution des problèmes des constructeurs semble alors se profiler à l’horizon, ceux des consommateurs ordinaires, avec, entre autres, des coupes multiples et répétitives, couplées à une hausse vertigineuse et incessante des factures, sont toujours d’actualité. Pour ce qu’elle considère comme une « panne inhabituelle », la JIRAMA n’arrête pas de parler de la difficulté de ses machines à produire normalement les pleines charges dont les consommateurs ont besoin. Quant aux factures, parfois truffées d’erreurs, la société d’Etat n’a d’autre action que de faire pression sur les consommateurs.

Laisser un commentaire