Les 8 habitudes à abandonner pour être plus productif

Pour être plus productif, vous devez trouver des moyens de travailler plus intelligemment et plus efficacement, de faire plus de choses en moins de temps, d’améliorer vos habitudes. Pour que la surcharge et le stress ne dominent pas votre vie, vous devez éliminer les mauvaises habitudes qui vous nuisent. Vous savez qu’il est très difficile, voire impossible, de s’en débarrasser en même temps. C’est pourquoi nous vous proposons de le faire lentement, de les abandonner un à un et d’acquérir progressivement de nouvelles habitudes qui nous aident à améliorer notre productivité.

1. Réagir immédiatement à tous les stimuli

Sans aucun doute, l’un des grands fardeaux qui nous empêche d’être productifs est de devoir être au courant des nouveaux messages ou informations. Par conséquent, le premier conseil pour être productif à l’ère numérique est de supprimer toutes les notifications de tous nos appareils.

Cependant, le problème ne s’arrête pas là, puisque de nombreuses personnes désactivent les notifications, mais continuent de consulter leur smartphone ou leur boîte de réception toutes les 5 minutes. Ne laissez pas votre attention être constamment détournée par des stimuli externes, car vous n’atteindrez alors jamais le niveau de concentration suffisant pour accomplir efficacement des tâches complexes. Vous ferez plus d’erreurs et aurez besoin de plus de temps pour accomplir les tâches.

Détoxifiez-vous de la dépendance à savoir ce qui est nouveau. Créez des créneaux horaires hors ligne, éloignez votre smartphone de vous, rangez-le dans un tiroir ou ailleurs hors de vue. Commencez par quelques minutes et prolongez progressivement ce temps. Alternez ces temps de déconnexion en vous occupant de chaque boîte de réception (mail, WhatsApp, Telegram, Teams, réseaux sociaux…) séparément.

2. Se piéger dans ses pensées

C’est le véritable cloaque de la productivité. « Overthinking » est un problème parce qu’il vous paralyse. La réflexion est saine mais la répétition incessante des mêmes pensées est une torture mentale qui a comme effet collatéral une faible productivité. Quand on pense à autre chose on n’arrive pas à se concentrer sur la tâche et en plus on consomme de l’énergie mentale. Vous êtes pris dans vos pensées parce que vous vous laissez emporter par votre esprit.

Pour cela, la pratique de la pleine conscience est une excellente option qui vous aidera à devenir l’observateur de vos pensées, opinions et jugements. Ce n’est que du point de vue de l’observateur que vous pouvez sortir de la boucle et savoir vous arrêter à temps. Un esprit calme et conscient est un esprit productif, qui prend de meilleures décisions et ne passe pas trop de temps à recréer des histoires qui se sont déjà produites ou qui ne se produiront jamais.

3. Vouloir que les autres fassent des choses comme vous

Il n’y a rien de plus frustrant que de s’attendre à ce que les autres fassent les choses de la même manière que vous. En plus d’être frustrant, c’est toxique car cela peut générer une aversion à travailler avec vous. À l’exception de certains débutants ou de personnes qui ne veulent pas prendre de décisions, la plupart des gens n’aiment pas qu’on leur dise comment faire des tâches. Il sera toujours plus efficace et sain pour la collaboration de s’entendre sur un résultat approximatif, mais ne jouez pas avec la méthodologie que la personne va utiliser, ni n’exigez un résultat identique. 

4. Accepter de vous rendre à tous les événements qui vous sont proposés

Dans le monde actuel dans lequel nous vivons, il y a des événements en tous genres auxquels vous êtes conviés jour après jour.

Si vous allez à tous les événements, réunions, congrès, conférences, conférences, rendez-vous, déjeuners et dîners qu’ils vous proposent, vous pouvez être sûrs que vous finirez par en avoir marre de tant d’interactions sociales et, en plus, vous n’aurez pas le temps ou l’énergie mentale pour faire les tâches que vous devez faire.

En bref, soit vous apprenez à décliner les invitations, soit vous ne pourrez pas être productifs. Cependant, il y a des personnes qui souffrent lorsqu’elles sont invitées à un événement car elles ne savent pas dire non sans culpabiliser. Derrière cette culpabilité peut se trouver la conviction que ne pas accepter une invitation est un comportement ingrat et que personne ne veut être perçu comme ingrat. Dire non n’est pas de l’ingratitude (si vous le dites poliment), mais un acte de respect envers votre temps personnel et votre santé. 

5. Être trop flexible avec le temps que vous devez consacrer à chaque tâche

La loi de Parkinson dit qu’une tâche dure aussi longtemps que vous avez le temps de la faire. Cela signifie que les personnes qui ne limitent pas le temps maximum consacré à leurs tâches peuvent avoir de sérieuses difficultés à être productives.

Ce comportement est typique des perfectionnistes qui doivent réfléchir longuement aux tâches avant de déterminer que le résultat a la qualité souhaitée. Mettre des dates ou des limites de temps sur toutes les tâches peut être extrêmement fastidieux et inutile. Cependant, vous devez être conscient du type de tâches qui vous prennent trop de temps et utiliser le chronomètre pour arrêter la dilatation exagérée du temps passé sur ces activités.

6. Définir les tâches qui sont trop grandes

C’est l’une des erreurs les plus courantes et les moins signalées en matière de productivité personnelle. Bien sûr, vous êtes paresseux pour écrire 4 tâches sur votre liste de tâches au lieu d’une. Cependant, vous devez savoir que, pour votre cerveau, lire une tâche dont il sait qu’elle prendra 4 ou 5 heures de temps est le moyen le plus probable pour que vous finissiez par procrastiner. Parce que le cerveau détecte une énorme dépense d’énergie mentale et ce ne sera jamais le bon moment pour le faire. Vous devez donc tromper un peu le cerveau en remplaçant cette tâche géante par quelques tâches plus petites que vous devez accomplir pour achever la grande tâche. 

De cette façon, votre cerveau ne les percevra pas comme une si grande menace pour sa survie (le cerveau cherche à économiser le plus d’énergie possible).

7. S’installer dans la plainte

S’il y a quelque chose qui ne vous aide pas à être productif, c’est la plainte. Se plaindre vous donne le sentiment de faire quelque chose mais généralement cela ne sert à rien et en plus cela vous épuise mentalement. Lorsque vous vous plaignez, vous prétendez généralement que quelque chose d’extérieur change, mais les choses ne fonctionnent pas comme ça.

L’une des leçons les plus puissantes que vous devez apprendre est que vous ne pouvez pas changer le monde. La seule chose que vous pouvez changer, c’est votre façon de voir le monde, votre façon de percevoir la réalité. Par conséquent, essayez de passer le moins de temps possible à vous plaindre et le plus de temps possible à assouplir vos croyances sur la façon dont les choses devraient être. 

8. Aller à l’encontre de vos valeurs

Lorsque vous faites quelque chose que vous pensez que vous ne devriez pas faire, votre esprit vous présente constamment cette contradiction et vous êtes pris dans ces pensées. Cela vous cause une énorme usure mentale qui diminue vos performances. C’est pourquoi il sera toujours plus productif de vous consacrer à des choses qui correspondent à votre façon de penser.

Imaginez que vous travaillez pour une entreprise qui pollue gravement l’environnement et que vous êtes partisan de zéro déchet. Si vous avez besoin de l’argent de ce travail et que vous avez du mal à trouver un autre travail à court terme, votre esprit générera des pensées pour vous empêcher de vous sentir mal à propos de votre décision, telles que : toutes les entreprises polluent plus ou moins.

Cette « conviction de soi » coûte très cher en termes d’énergie mentale qu’elle consomme et vous rend moins productif.

Laisser un commentaire