L’Union européenne remporte le premier tour contre Google, Apple et Meta en adoptant une nouvelle législation complète

L’Union européenne (UE) a donné son approbation finale à deux lois historiques visant à limiter le pouvoir des plus grandes entreprises de haute technologie à ce jour.

Le premier à entrer en vigueur sera le Digital Market Act (DMA), qui vise à empêcher ces « gatekeepers » d’abuser de leur position dominante pour chasser leurs concurrents des marchés. Protection tant attendue par les éditeurs de moteurs de recherche, de navigateurs et de messageries mineures. Ces nouvelles règles s’appliqueront à partir de début 2023.

La loi sur les services numériques (DSA), quant à elle, vise à limiter la diffusion de contenus illégaux et de désinformation sur les plateformes numériques – en plus d’interdire certaines formes d’abus de pratiques publicitaires. Les dispositions de la loi sur les services numériques commencent à s’appliquer environ un an plus tard.

Les deux propositions ont été approuvées à une écrasante majorité lors des deux votes.

De nouvelles règles pour Big Tech

Les deux nouvelles lois chercheront à résoudre ces problèmes divers et complexes et imposeront un certain nombre de règles supplémentaires aux dirigeants tels que Google, Apple, Meta, Amazon et Microsoft.

Dans le cadre de la DSA, par exemple, les fournisseurs de services numériques seront contraints d’introduire de nouvelles mesures pour garantir que les contenus illégaux puissent être identifiés et supprimés rapidement. Mais aussi de mettre en place de nouveaux contrôles sur les e-commerçants.

De plus, les plateformes qui s’appuient sur des flux alimentés par l’IA pour fournir du contenu aux utilisateurs seront invitées à divulguer leurs algorithmes afin que des tiers puissent les inspecter. Ils doivent également fournir des informations supplémentaires sur leurs pratiques de modération de contenu.

DMA, quant à lui, comprend des mesures pour empêcher les « gardiens » de classer leurs propres produits plus haut dans les résultats de recherche et pour empêcher les utilisateurs de désinstaller des applications préchargées. Ainsi que l’obligation de fournir au public des passerelles simples pour adopter des services alternatifs.

La législation exige également un niveau d’interopérabilité entre les services de messagerie, ce qui peut avoir des conséquences importantes pour WhatsApp et Messenger – tous deux détenus et exploités par Meta.

« Pendant trop longtemps, les géants de la technologie ont profité de l’absence de règles. Le monde numérique s’est transformé en un Far West où les plus grands et les plus forts établissent les règles. Mais il y a un nouveau shérif en ville », a déclaré Christel Shaldemose, porte-parole du numérique. droit des services. .

« Désormais, les règles et les droits seront renforcés. Nous ouvrons la boîte noire des algorithmes pour développer une vision appropriée du business qui se cache derrière ces plateformes.

Un message tout aussi optimiste a été partagé par Andreas Scwab, son co-rapporteur :

« Nous n’acceptons plus la loi du plus fort financièrement. L’objectif du marché unique numérique est que l’Europe présente les meilleures entreprises et pas seulement les plus grandes. »

La question de savoir si ces nouvelles règles vont assez loin ou peuvent être appliquées efficacement est un autre débat. Certains estiment que la DMA ne fait pas grand-chose pour empêcher les « gardiens » d’abuser de leur pouvoir. Et si les géants de la technologie peuvent être condamnés à une amende pouvant aller jusqu’à 20 % de leur chiffre d’affaires mondial en cas de non-conformité répétée, l’histoire a montré qu’ils sont plus que disposés à accepter quelques crans (inoffensifs) dans leurs résultats financiers annuels.

Joel Khalili est le rédacteur en chef des actualités et des fonctionnalités de TechRadar Pro, couvrant la cybersécurité, la protection des données, le cloud, l’IA, la blockchain, l’infrastructure Internet, la 5G, le stockage de données et l’informatique. Il est responsable de la conservation de notre contenu d’actualités, ainsi que de la commande et de la production d’articles sur les technologies qui transforment la façon dont le monde fait des affaires.

Joel Khalili est le rédacteur en chef des actualités et des fonctionnalités de TechRadar Pro, couvrant la cybersécurité, la protection des données, le cloud, l’IA, la blockchain, l’infrastructure Internet, la 5G, le stockage de données et l’informatique. Il est responsable de la conservation de notre contenu d’actualités, ainsi que de la commande et de la production d’articles sur les technologies qui transforment la façon dont le monde fait des affaires.

Comment référencer un arrêt de la CJUE ?

À noter

  • Pour les décisions prises après l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne (1er décembre 2009), les abréviations « CJUE » pour la Cour de justice et « Trib …
  • Pas de virgule entre l’abréviation indiquant la juridiction et la date du jugement.
  • Date : le nom du mois est abrégé
  • Les noms des pièces sont en italique.

Comment citer un arrêt de la CEDH ? Les arrêts et décisions publiés dans cette série du 1er novembre 1998 à fin 2007 sont cités comme suit : titre de l’affaire (en italique), numéro de requête, numéro de section (pour les arrêts), sigle de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), année et numéro récapitulatif.

Quelles sont les modalités pour saisir la CJUE ?

Il peut être saisi par une institution européenne, un État membre ou, exceptionnellement, par un citoyen de l’UE. Elle peut également être contestée par une question portée devant une juridiction d’un État membre sur l’interprétation ou la validité du droit de l’Union.

Quelle est la valeur juridique d’une directive européenne ?

La directive communautaire ou directive européenne est un acte européen. Avec les règlements et les recommandations, les directives constituent le droit communautaire dérivé (par opposition au droit primaire, les traités). L’objectif de la directive est d’harmoniser les législations nationales des différents États membres.

Quelles sont les principales caractéristiques des directives européennes ? Définition de la directive communautaire ou européenne Ce sont des « lois-cadres » qui fixent des objectifs et fixent le délai dans lequel ils doivent être transposés dans le droit national des États membres, en leur laissant le choix de la forme et des moyens de leur mise en œuvre.

Qu’est-ce qu’une directive en droit européen ?

La directive est un acte européen adopté par le Conseil de l’Union européenne conjointement avec le Parlement européen ou, dans certains cas, seul.

Comment une directive européenne S’applique-t-elle en droit national ?

Pour s’appliquer, les directives européennes doivent être transposées en droit national. Le secrétariat général du gouvernement et le secrétariat général aux affaires européennes centralisent le processus de mise en œuvre en France.

Quelle est la valeur juridique d’un traité européen ?

Les traités et les principes généraux occupent le sommet de la hiérarchie des normes (droit primaire). Depuis l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne le 1er décembre 2009, la même valeur est reconnue dans la Charte des droits fondamentaux. Les accords internationaux conclus par l’Union y sont soumis.

Comment est nommé le président de l’Union européenne ?

Le président de la Commission européenne, nommé par le Conseil européen, statuant à la majorité qualifiée et approuvé par un vote du Parlement, pour un mandat de cinq ans : depuis le 1er décembre 2019, Ursula von der Leyen.

Comment est nommé le président de l’Union européenne ? Le président de la Commission est élu pour un mandat de cinq ans par le Parlement européen sur proposition (à la majorité qualifiée) du Conseil européen, qui tient compte du résultat des élections européennes et procède aux consultations préalables appropriées .

Comment sont nommés les membres de la Commission européenne ?

Enfin, le président et les membres de la Commission sont nommés par le Conseil, statuant à la majorité qualifiée, après approbation du Collège par le Parlement.

Qui préside l’Union européenne ?

Depuis le 1er décembre 2019, c’est l’Allemande Ursula von der Leyen. Elle dirige ainsi l’institution qui détient l’exécutif et le monopole des initiatives législatives dans l’UE.

C’est quoi le DSA douane ?

Toutes les livraisons et réceptions de produits soumis à accise dans le cadre des régimes « douane acquittée » font l’objet d’un document d’accompagnement simplifié (DSA). La DSA est établie par l’expéditeur, elle doit accompagner physiquement la marchandise.

Quel est le document d’accompagnement ? Le Document Administratif d’Accompagnement (DAA) est un document communautaire obligatoire pour le transport de marchandises en suspension de droits d’accises entre entrepôts fiscaux communautaires (entre un opérateur ayant le statut d’entrepositaire agréé et titulaire d’un droit d’accises et un autre…

C’est quoi la DAE ?

Un défibrillateur externe automatique (DEA) est un dispositif médical qui permet de réanimer les victimes d’un arrêt cardiaque.

Pourquoi faire un DAE ?

Le DAe permet de transporter des marchandises en suspension de droits d’accises vers un entrepositaire agréé, un destinataire enregistré ou à l’exportation.

Laisser un commentaire