« Ma fille veut aller en Méditerranée à cause d’Instagram » : famille et écrans, un manuel de survie

Des jeux vidéo aux smartphones et tablettes, les écrans sont omniprésents dans les foyers français. Mais comment réguler la consommation des enfants ? Une question qui ramène aussi les parents à leurs propres besoins

Ordinateur portable sur les genoux, le visage éclairé par la lumière bleutée de l’écran, un adolescent donne une conférence en direct. Sur un onglet, son professeur donne une leçon, sur l’autre une vidéo YouTube est en cours de lecture. Vincent, père d’un garçon de 17 ans, se souvient encore de cette scène d’école lointaine. « Quand on parle de nos enfants avec d’autres parents, les écrans sont un sujet qui revient sans cesse », résume ce photographe de Seine-et-Marne de 57 ans. Règles, bannissements, négociations, chantages, démissions… l’usage des tablettes, smartphones et consoles de jeux est devenu un sujet familial aussi incontournable que passionnel.

Puisqu’il n’existe pas de tuto universel, chacun tâtonne avec sa progéniture, de surcroît beaucoup plus sensibilisée aux outils numériques. Pas aussi perdus sur Internet que les « boomers », les parents des ados d’aujourd’hui sont encore loin de maîtriser les applications, jeux ou réseaux sociaux préférés des moins de 17 ans, qui passent en moyenne trois heures par jour devant l’écran. . Temps supérieur à sept heures pour 23 % des 15-17 ans. Le gouvernement s’est même penché sur la question : la loi Studer – qui prévoit d’obliger les fabricants d’objets connectés à installer un dispositif de contrôle parental et à proposer gratuitement son activation lors de la mise en service de l’appareil – a été votée le 2 mars. Mais ces dispositions techniques ne suffiront pas à résoudre le problème pédagogique

Cet article est réservé aux abonnés. Pour plus d’informations, profitez de nos offres à partir de 1€

En choisissant ce parcours d’abonnement promotionnel, vous acceptez le dépôt de cookies d’analyse par Google.

– une sensation de vide ou de dépression loin de l’écran ; – agressivité en cas d’impossibilité d’accéder aux écrans ou au réseau ; – manque d’intérêt pour toute autre activité, y compris les occupations habituellement valorisées (ex. études, travail, temps passé en famille ou entre amis).

Quand Parle-t-on d’addiction aux écrans ?

Qu’est-ce que la dépendance aux écrans ? Passer des heures devant la télé, consulter constamment son smartphone, passer la nuit entière à jouer à des jeux vidéo : voilà quelques exemples que l’on pourrait qualifier de comportements addictifs devant les écrans.

Quels sont les signes de l’addiction aux écrans ? Symptômes comportementaux

  • Perte de contrôle, marqueurs de temps d’écran.
  • L’impossibilité de s’arrêter (« juste un peu plus », « encore une chose à voir…
  • Sentiment d’euphorie, de bien-être, de soulagement lors de l’utilisation d’Internet et devant l’écran.
  • Se cacher pour être devant l’écran.

Comment Appelle-t-on l’addiction aux écrans ?

« L’addiction aux écrans professionnels est liée au phénomène du workaholism, l’envahissement par le travail.

Quelles sont les conséquences de l’addiction aux écrans ?

Troubles oculaires L’utilisation prolongée d’un écran peut provoquer une sécheresse des yeux (car vous clignez cinq fois moins des yeux lorsque vous regardez un écran), une fatigue visuelle, une vision floue, des maux de tête, des yeux chauds ou qui picotent et une perte d’attention ou de concentration.

Quelles sont les conséquences de la dépendance aux écrans ? Une utilisation excessive des écrans aurait également un impact sur le stress, les troubles de l’humeur et l’hyperactivité. Toute la difficulté est de savoir si ce sont les écrans qui créent ce genre de problèmes ou si ces problèmes sont déjà là, perpétuant le besoin irrésistible de se connecter.

Pourquoi les écrans sont une addiction ?

L’ennui, l’insomnie, l’absence de projet de vie et l’isolement social sont également cités comme déclencheurs. Chez l’enfant, l’absence d’un cadre fixé par les parents ou d’un dialogue familial sur le sujet semble contribuer à l’apparition de ces troubles.

Comment guérir d’une addiction aux écrans ?

Face à un problème de dépendance, il est préférable de consulter un conseiller spécialisé en toxicomanie. L’addiction aux écrans fait l’objet du même traitement que les addictions médicalement reconnues, c’est-à-dire la psychothérapie comportementale.

Comment traiter la dépendance aux écrans ? – Comment le traiter ? Si une véritable addiction aux écrans s’est produite, il faut consulter les centres CSAPA, qui existent partout en France. Trois/quatre séances suffisent généralement pour renouer le dialogue entre le jeune et ses parents.

Quand Parle-t-on d’addiction aux Ecrans ?

se sentir vide ou déprimé loin de l’écran ; • agressivité en cas d’impossibilité d’accéder aux écrans ou au réseau ; manque d’intérêt pour toute autre activité, y compris les occupations habituellement appréciées (par exemple, l’école, le travail, le temps passé avec la famille ou les amis).

Pourquoi sommes-nous accros aux écrans ? « Les écrans nous stimulent sensoriellement. Le fait qu’on puisse toucher l’écran, contrairement à la télé, nous implique, donc c’est une expérience mémorielle », explique Vanessa Lalo, psychologue clinicienne spécialisée dans les pratiques numériques, également invitée d’Europe 1, mardi.

Laisser un commentaire