Métaverse, NFT, cinéma et anime : quelle est leur relation ? – Magazine de jeux high-tech

Les métaverses sont désormais une réalité à notre époque. Cet univers virtuel a cependant existé dans les films et les dessins animés avant de devenir ce qu’il est.

Quel lien présente les métaverses, les NFT, le cinéma et l’anime ?

La science-fiction dans le cinéma devient une réalité

Les métaverses ne sont pas une invention récente. La première fois que le vocabulaire est apparu en 1992, dans le roman The Virtual Samurai de Neal Stephenson. Son interprétation a évoqué l’existence d’un monde virtuel produit par des ordinateurs. Le cinéma a également travaillé sur sa propre version du métaverse, mais conserve toujours le concept de base.

Le métaverse est un monde numérique où nous pouvons interagir. Cela peut être une reproduction du monde réel ou purement fictif. L’accès à cet univers nécessite une interface informatique. Ceux-ci peuvent être classiques ou spéciaux, comme les casques VR, les lunettes, etc. Un grand nombre de personnes peuvent accéder simultanément à cet espace. Ce dernier reste dans le temps et évolue en temps réel, en permanence.

Les films et animés pour comprendre le métavers

Les romans, les films et les dessins animés ont travaillé pendant des années sur notre imagination à propos de ce que serait le métaverse. Classées dans la science-fiction ou Sci-Fi, on y trouve de nombreuses oeuvres liées au monde virtuel. Nous avons compilé une petite liste de films ou d’animes pour mieux comprendre le métaverse.

Ready Player One (2018)

Ce film de Steven Spielberg nous envoie en l’an 2045, où les gens se connectent à l’OASIS. C’est un monde virtuel où chacun peut tout gagner ou tout perdre à travers des défis grâce à ses avatars. Le long métrage met principalement en lumière les jeux vidéo et la culture geek, là où différents univers se rencontrent.

Matrix Trilogie (1999)

The Matrix, trilogie, est probablement l’une des références importantes quand on parle du monde produit par des ordinateurs ou des entités numériques. Trois opus racontent le combat entre l’homme et la machine dans la Matrice (univers virtuel) ou dans la Terre dévastée.

Free Guy (2021)

Free Guy révèle le monde incroyable du jeu en ligne et la possibilité d’une perspective NPC (non-joueur) à travers le protagoniste joué par Ryan Reynolds. Dans cette comédie d’action, Guy prend conscience de sa nature de PNJ et se retrouve dans une situation où il doit sauver son monde des créateurs du jeu.

Tron (1982)

Cette science-fiction américaine traite du monde des ordinateurs et révèle l’existence de la plongée dans le monde virtuel. Ce dernier est géré par l’IA. Tron : The Legacy contribuera grandement à faire reconnaître le titre de 1982. Le premier opus était en effet mixé avec la sortie.

Les mondes de Ralph (2012)

Wreck-it Ralph pour son titre original, ce film d’animation est une aventure comique mettant en scène des personnages de jeux vidéo quittant leurs mondes respectifs. Le rôle de Ralph est d’être un méchant alors qu’il rêve d’être un héros.

Summer Wars (2009)

Summer Wars est un anime comme Seinen. Outre le côté de la romance, le film dévoile un monde virtuel où les gens peuvent se connecter et interagir, même jouer à des mini-jeux ou regarder et combattre des batailles entre leurs avatars. Une IA menace alors cet univers et c’est au protagoniste de tenter de s’arrêter dans le monde numérique.

Les NFT, une nouvelle source de financement

Les métavers comme le nôtre font désormais partie des éléments constitutifs du Web3 et des NFT. Les jetons non fongibles et la Blockchain sont en effet des composants de la nouvelle version web.

Les crypto-monnaies et les NFT sont récemment devenus populaires, de sorte que les studios s’intéressent à cette nouvelle technologie. C’est en effet une alternative comme source de financement pour les projets de films et d’animes. C’est encore plus intéressant pour les longs métrages indépendants, car les studios ont une préférence pour les franchises déjà à succès.

La crypto-monnaie et les jetons non fongibles sont tous deux basés sur Blockchain. Cela permet de prouver l’authenticité du porteur de la monnaie, sans risque de contrefaçon. Contrairement à la monnaie numérique, le NFT ne peut pas être copié ou remplacé. Ce dernier est alors le plus souvent utilisé comme titre de propriété d’une œuvre ou d’une collection numérique. Certaines entreprises proposent également de nouvelles expériences aux détenteurs de jetons pour leur commercialisation.

À la sortie de The Matrix Resurrections (2021), Warner Bros. émettra 100 000 NFT sur la plateforme Nifty en 2021. Le prochain film de Martin Scorsese, A Wing and a Prayer, sera le premier à être entièrement financé avec des jetons non fongibles. Niels Juul, le producteur, veut vendre 10 000 jetons pour obtenir un budget de 8 à 10 millions de dollars. Côté français, la société de production DCF (Diversité du Cinéma Français) a commencé à collecter des fonds pour Klapcoin, sa propre crypto-monnaie. Porté par Sarah Lelouch et Joël Girod, le projet vise à lever entre 2 et 8 millions d’euros.

Les innovations du métavers et des NFT

Les plateformes de streaming sont largement en concurrence avec les salles de cinéma depuis un moment. Bien sûr, nous avons toujours la sortie en salles du film, mais certains producteurs choisissent de sortir leurs longs métrages directement en streaming sur des supports numériques. La présence d’abonnements à la vidéo à la demande réduit le taux de fréquentation des salles de cinéma, ainsi que les recettes. Metaverse et NFT sont alors apparus comme de nouveaux outils pour relever ce défi.

Metaverse s’appuie sur la Blockchain et l’informatique spatiale (3D, Réalité Virtuelle, Réalité Augmentée) pour exister. Cet élément fait partie du composant web3. L’industrie cinématographique a proposé l’expérience d’inviter le jeu Fortnite au Festival de Cannes. Le joueur peut retrouver la Croisette à travers son écran et interagir avec le décor, comme monter les escaliers ou s’allonger sur un transat. Ce nouveau mode de distribution n’est possible que grâce au monde virtuel.

Chez Disney+, la pré-production de la série The Mandalorian marque un rapprochement entre la technologie décentralisée des métaverses et le cinéma. Disney a également investi dans la création de son propre univers numérique. En Corée du Sud, Zepeto a lancé son premier cinéma dans le métavers.

Les NFT inspirés par les animes

L’anime a aussi sa place au cinéma. Le dernier long métrage One Piece Film : Red cumule 967 734 entrées au 21 septembre 2022 pour la France. Les mangas et l’animation japonaise ont également des liens avec le NFT, la crypto-monnaie et les métaverses, comme Anime Metaverse ou Kawaiiverse.

Bon nombre de jetons non fongibles sont également inspirés de l’univers manga. Parmi eux, nous avons une collection Shonen Junks développée par James Lin, co-fondateur de Crunchyroll. Azuki NFT et ses 10 000 avatars sont également populaires sur le marché secondaire. Karafuru, Living Asuna, Killer GF ou Haki NFT en sont des exemples. Ce dernier a été inspiré par le nom de compétence Haki des Rois dans One Piece.

Conclusion

Metaverse a des liens étroits avec les industries du film, du manga et de l’anime. Outre les différentes interprétations des films, le monde virtuel devient un autre moyen de fournir du contenu. Quant aux NFT et à la crypto-monnaie, cela peut servir d’alternative au financement traditionnel pour produire des longs métrages.

Laisser un commentaire