Neutralité carbone : pour Margrethe Vestager, « le nucléaire fait partie de la solution »

Le commissaire européen à la concurrence était l’invité exceptionnel mardi de Good Morning Business.

Chez les braconniers européens, l’énergie est en très bonne place. En pleine crise du gaz, les États membres doivent avant tout préparer leur plan très ambitieux de neutralité carbone d’ici 2050. Ce n’est pas une mince affaire, rappelle la commissaire européenne à la concurrence Margrethe Vestager, invitée d’exception, ce mardi, depuis Good Morning Business, l’entreprise BFM.

Cependant, il faut « faire très attention à l’origine de l’uranium pour ne pas créer de nouvelles dépendances que l’on veut éradiquer aujourd’hui. Bien sûr, il faut aussi réfléchir au problème du recyclage nucléaire », a tempéré le commissaire européen.

Energie contestée

Le nucléaire, disputé en Europe après l’accident de Fukushima, est revenu au centre du jeu dans les États membres depuis le début de la crise énergétique à l’automne dernier. Si l’Allemagne refuse toujours de revenir sur sa décision d’abandonner l’atome, la France envisage de construire au moins six EPR pour assurer sa dépendance énergétique.

D’autres pays européens, fortement dépendants du gaz russe, veulent aussi accélérer le nucléaire, même si la construction de nouvelles centrales prend plusieurs années. Au sein des institutions européennes, le débat fait toujours rage sur le classement de l’atome comme énergie « verte ».

Laisser un commentaire