Nîmes : la Maison Carrée a rendu les visiteurs dans sa vérité la plus proche

C’est le temple romain le mieux conservé au monde. La Maison Carrée a rouvert ses portes après huit mois de fermeture. A l’intérieur, un retour aux sources.

Murs immenses marqués par l’âge, traces du temps. C’est la première chose qui saute aux yeux lorsqu’on entre dans la nouvelle version de Maison Carrée. Après huit mois de fermeture, après un changement de délégué, mais pas seulement (il ne faut pas oublier que la Maison Carrée est candidate à l’UNESCO), le temple romain a été restitué aux Nîmois.

Fini la peinture rouge qui empêchait les murs de respirer, fini la division en deux espaces : réception/salle de cinéma. Revenir à la vérité du monument, qui a traversé plus de deux millénaires, au service d’une véritable muséographie et de la présence de médiateurs culturels.

Forum, église, musée…

« En entrant dans la Maison Carrée, tout le monde s’attend toujours à des murs lisses et bien faits. Là, ce sont les murs tels qu’ils étaient au XIXe siècle, à l’époque du musée Marie-Thérèse », explique Patrick Miglietta, le premier réédité. du guide Maison Carrée, ce vendredi matin, lors d’une visite de presse.

Car Maison Carrée c’est presque tout depuis 2000 ans. Le premier temple construit sous le règne d’Auguste et dédié au culte impérial. Il était situé à l’extrémité du Forum, une immense place publique au centre de l’interaction sociale à l’époque romaine. Le modèle supérieur reconstitue également cet espace rectangulaire encadré de colonnes, où la Maison Carrée fait face au bâtiment qui devait être la curie, le sénat local.

Après la chute de l’Empire romain, on sait que la Maison Carrée est devenue une chambre de justice puis un édifice privé avec ses dépendances. « Il servira même d’écurie », précise Patrick Miglietta. Sous Louis XIV. la Maison Carrée a été achetée par les Augustins pour en faire une église. « Il y avait comme des planchers et des lambris qui reposaient contre le mur actuel. La cloison d’origine est toujours derrière. » A la révolution il devient le siège du nouveau département du Gard puis enfin le musée « Marie-Thérèse » en 1823, lieu d’exposition un peu fou.

Mary Bourgade : « C’est la première fois qu’on raconte l’histoire du monument dans le monument »

Outre l’histoire romaine, c’est cette épopée à travers les âges que racontent les murs, ainsi que les panneaux d’interprétation. La vidéo montre également son histoire et les opinions de certains de ceux qui l’ont rencontrée. On retrouve par exemple le grand architecte Norman Foster expliquant le dialogue qu’il a voulu créer entre la Maison Carrée et le Carré d’art, ouvert en 1993.

La nouvelle Maison Carrée s’ouvre à ses visiteurs : à la fois une apparence sobre et une histoire riche : « C’est la première fois que l’histoire du monument est racontée à l’intérieur du monument », insiste Mary Bourgade, sous-commissaire au patrimoine ancien. .et inscription à l’UNESCO. La prochaine étape dans l’histoire du temple ? À suivre.

Valérie Espin, responsable du site pour Edeis : « Montrer les traces du passé »

Pourquoi ce choix de revenir à une telle sobriété pour que les murs réapparaissent ?

Il s’agit d’une demande de la ville de Nîmes qui souhaitait rendre visibles les volumes de la Maison Carrée afin que les visiteurs puissent comprendre la structure du monument. Les murs peints en rouge ont dû être décollés. Ici, nous avons découvert des strates successives, traces du passé. Durrës et ses monuments historiques ont voulu laisser une séquence visible d’interventions basées sur des temps apparents.

Comment avez-vous conçu la muséographie ?

Nous avons fait appel à un expert : Museum Manufactory, société basée dans l’est de la France. Ils ont du style, une façon de travailler adaptée.

La maquette recréant le forum antique est l’un de ses points forts…

Nous avons voulu repositionner la Maison Carrée dans l’ancien forum et surtout la présence de la curie. Le domaine était important. On pense que le manoir se trouvait à l’emplacement de l’actuel parking du Collège Révolutionnaire. Le forum était un lieu où se déroulaient le commerce, la justice, les lieux de rassemblement.

Dans la Rome antique, le Comitium (le mot latin comitium peut être traduit par « assemblée ») était un lieu de réunions publiques en plein air. La plupart des villes romaines avaient un comitium pour les réunions publiques, les élections, les conseils et les procès.

Quelle est la différence entre un temple grec et un temple romain ?

Sa structure est relativement classique pour un temple romain. La première chose que l’on remarque immédiatement est le fait qu’il est élevé sur un podium, contrairement aux temples grecs. Une autre grande différence est la présence d’une cella, c’est-à-dire une pièce dans le temple réservée aux prêtres.

Quelle est la fonction d’un temple grec ? La fonction première du temple est de conserver les statues des divinités et les biens appartenant à la divinité, notamment les offrandes qui lui sont faites. La plupart du temps, les rituels ont lieu à l’extérieur du temple et l’entrée est interdite ; le bâtiment n’est ouvert qu’en de rares occasions.

Quels sont les temples grecs ?

En Grèce proprement dite : Parthénon et Héphaistion (ou Théséion) à Athènes ; le temple d’Aphaia, sur l’île d’Egine ; Le temple de Zeus à Olympie et le temple d’Apollon à Bassa dans le Péloponnèse.

Comment décrire un temple grec ?

Le temple grec est divisé en deux moitiés, le sékos, la partie fermée entourée de murs, et le péristyle, la partie ouverte soutenue par des colonnes (Figure 1). La partie fermée du temple a un naos au centre, dans lequel se trouve une statue de la divinité. Derrière la nef se trouve parfois un adyton.

Comment décrire un temple romain ?

Les premiers temples romains suivent un plan rectangulaire, un escalier extérieur en façade mène à un porche (pronaos), une salle à colonnades ouverte sur l’extérieur qui précède une cellule intérieure, souvent en trois parties. Le toit est recouvert de tuiles en terre cuite à deux pans légèrement inclinés (« toit rampant »).

Pourquoi Nîmes est une ville Gallo-romaine ?

Gallo-Romains : IIe siècle av. n.m. non. La romanisation de Nîmes débute véritablement au Ier siècle av. n.m. non. Nîmes devient une « colonie de droit latin » et se couvre de somptueux monuments. L’empereur Auguste et ses successeurs en firent une ville qui encouragea le romanisme en Gaule.

Quels éléments définissent une cité gallo-romaine ? Les provinces de Gaule sont constituées de villes qui ont un territoire, des statuts et des institutions. La société gallo-romaine est inégale, les personnes libres ont des droits selon la position de leur cité. La capitale est le cœur de la ville, même si elle comprend des agglomérations secondaires.

Comment s’appelait Nîmes à l’époque romaine ?

Nemausus est l’ancien nom de la ville actuelle de Nîmes. C’est, à partir du IIIe siècle av. J

Pourquoi les crocodiles de Nîmes ?

Après la campagne d’Egypte, des soldats d’Auguste s’installent à Nîmes. Leur victoire est symbolisée par un crocodile enchaîné à un palmier, représentation qui sera ensuite adoptée sur les monnaies frappées à Nîmes et qui bien plus tard (sous François 1er) deviendra le blason puis le symbole de la ville.

Pourquoi Nîmes est une ville romaine ?

Nîmes donne des signes de fidélité à l’Empire romain. Après avoir soutenu César, les Nîmois prennent le contrôle d’une partie de la région auparavant dominée par Marseille. Plus tard, au 1er siècle, ils construisirent la Maison Carrée, un temple en l’honneur de Caïus et Lucius César, petits-fils de l’empereur Auguste.

Pourquoi les crocodiles de Nîmes ? Après la campagne d’Egypte, des soldats d’Auguste s’installent à Nîmes. Leur victoire est symbolisée par un crocodile enchaîné à un palmier, représentation qui sera ensuite adoptée sur les monnaies frappées à Nîmes et qui bien plus tard (sous François 1er) deviendra le blason puis le symbole de la ville.

Quelle ville est prise en modèle par les Nîmois et pourquoi ?

Les bâtisseurs de Nîmes prennent Rome pour modèle. Le plan général est le même que celui de l’Urbs, et les différents édifices imitent l’architecture romaine : forum, temples (de Diane, maison carrée), amphithéâtre, cirque, théâtre.

Comment s’appelle la grande place construite à Nîmes ?

Les Arènes de Nîmes, datant du Ier siècle de notre ère, sont l’une des mieux conservées du monde romain. L’amphithéâtre mesure 133 m de long et 101 m de large.

Qui a fondé la ville de Nîmes ?

Les véritables origines de Nîmes remontent au VIe siècle av. J.-C. Le peuple celte, les Volques Arécomiques, s’est installé autour d’une source abondante, au pied du Mont Cavalier, au centre de la ville actuelle.

Quelles sont les temples du Forum ?

Forum romain Temples de Saturne, Dioscures et Antonin.

Où est le forum à Rome ?

Qu’est-ce qui assainit la ville de Rome ?

Les rois étrusques rassemblèrent différents villages en une seule ville, qu’ils fortifièrent. Pour le nettoyer, ils creusent un égout drainant le marais et dédient un temple à Jupiter sur Capitol Hill. Ainsi, les rois étrusques ont véritablement créé Rome.

Quelles étaient les activités des Romains sur le forum ?

Dans l’Antiquité, un forum romain était une place publique où les citoyens romains se réunissaient pour discuter de questions commerciales, politiques, économiques, judiciaires ou religieuses, un peu comme l’agora l’était dans le monde grec.

Quels empereurs ont agrandi le forum Romanum ?

Le Forum romain se termine par l’Arc de Titus, le plus ancien arc romain. Il a été construit en 81 par l’empereur Domitien en l’honneur de son frère Titus et de son père Vespasien.

Laisser un commentaire