Personnes. Star YouTuber, Cyprien avoue qu’il n’est plus « à la mode ».

Réalisateur, animateur, animateur et toujours YouTuber : depuis qu’il a commencé à tourner devant la caméra en 2007, Cyprien, vidéaste aux 14 millions d’abonnés, en est aux formats longs, quitte à manquer la mode des clips caméra. quelques secondes.

A 33 ans, Cyprien Iov, de son nom complet, travaille cet été à l’affiche de son premier film, aux côtés de Gaumont, qu’il a écrit pour le cinéma et qu’il réalisera, a précisé l’AFP.

Cette BD ne sera pas dédiée exclusivement à la culture internet privilégiée par le créateur, cependant elle disposera « d’informations uniques, avec plusieurs effets uniques », laisse-t-il entendre.

« Les longs métrages sont une de mes façons de m’exprimer et de créer », explique-t-il. « Je dois changer de plan. Et j’essaie de ne pas utiliser les gens pour une seule chose. »

Parallèlement, Cyprien développe une plateforme pour diffuser une série animée inspirée de « L’épopée temporelle », la première épopée audio. Et il espère « poursuivre (sa) chaîne YouTube le plus longtemps possible ».

« Les courts métrages et la fiction ont généralement moins de succès sur YouTube que le contenu drôle et spontané. Mais l’engagement est unique, et c’est là que j’obtiens le plus de vues », dit-il.

« L’impression d’être un tracteur »

Cyprien dit : « En faisant ce que j’aime, j’ai pu durer, mais je me rends compte que ce que je fais n’est pas du tout à la mode. » Quand « tout va vite sur internet », le public s’est peu à peu mué vers la nouvelle plateforme, Twitch pour les lives ou TikTok pour les vidéos très courtes et dansantes.

« Je ne sais toujours pas m’adapter, j’ai l’impression d’être un tracteur. J’ai créé un compte sur TikTok et je fais un petit effort d’adaptation, mais c’est très court. Seul YouTube me permet de faire des petites légendes, des petites images, où en quelques minutes je peux développer au moins une idée ».

Avec ses scènes jouant « School », « Japan » ou « Clash of consoles » de jeux vidéo, ainsi que douze courts métrages, Cyprien apparaît souvent dans « Trends » de la plateforme, récoltant des dizaines de millions de vues. .

Bien que ses vidéos soient encore très peu nombreuses, que sa communauté ne peut s’empêcher de le mépriser, il a animé l’émission « 301 vues » pendant 3 saisons, où il invite d’autres personnes d’internet et de la net-couleur de la nation.

« L’idée d’en avoir toutes les semaines, d’avoir quelque chose qui pourrait sortir facilement, toutes les semaines, c’était un peu trop pour moi. Je n’ai pas l’impression de passer des mois tout seul. Dans la grotte, prenez quelque chose et retourner en hibernation », explique-t-il.

La fin de son duo avec Squeezie

Après avoir pris son indépendance vis-à-vis de Webedia, qui a longtemps été la régie publicitaire de plusieurs YouTubers français, il a sponsorisé la dernière saison du talk-show grâce à la communauté d’abonnés payants sur la plateforme Patreon. Il raconte : « Il n’y avait vraiment pas de stabilité financière, mais nous avons beaucoup appris.

Cyprien a également annoncé en début d’année la fin du duo qu’il avait créé avec son ancien partenaire Squeezie (alias Lucas Hauchard, 17 millions d’abonnés sur YouTube), qu’il avait hébergé sur une chaîne de jeux vidéo.

« On ne se parle plus, la relation est fermée. (…) Les gens nous prenaient pour un duo, nous demandaient quand étaient les prochaines vidéos. (…) J’avais besoin de dire que c’est la situation, non plus de mensonges », a expliqué June, discrète et protectrice de sa vie privée.

Ses fans savent que Cyprien est roumain, qu’il a grandi dans le sud-est de la France et a abandonné ses études pour vivre de la comédie sur Internet. Succès incontesté depuis près de 15 ans.

Laisser un commentaire