Roland Sicard (Thess Corporate) : « Notre dispositif permet de délivrer au bon patient, le bon médicament, à la bonne dose, au bon moment »

MÉDTECH | Rencontre avec Roland Sicard, Fondateur de Thess Corporate qui révolutionne la prescription médicale.

Quel est le principe du pilulier Thess ? Présentez l’entreprise en quelques mots.

Le dispositif médical Thess par ses brevets et sa technologie est le premier système qui garantit pour des médicaments solides, la distribution au bon patient, du bon médicament, à la bonne dose, au bon moment et par la bonne personne. Celle-ci se tient dans la main, elle communique avec son logiciel qui contrôle et trace le plan d’apport prescrit par le médecin. Sa connectivité via une carte GSM le dispense de toute contrainte Bluetooth ou Wifi. Toutes ses qualités combinées en font le pilulier le plus sûr et le plus facile à utiliser au monde.

Thess Corporate a été créé en décembre 2020, par l’équipe qui a financé Thess R&D. La start-up doit assurer l’industrialisation, l’exploitation et le développement commercial de Thess. Thess Corporate vient de boucler une levée de fonds de 2,5 millions d’euros. Il lui permettra d’investir dans l’industrialisation de la fabrication de Thess en France et de répondre aux commandes de ses clients pilotes.

Je dirige des centres de cancérologie depuis plus de 30 ans. En 2015, l’arrivée et le développement des traitements d’oncologie orale m’ont fait prendre conscience de la nécessité d’un dispositif médical comme Thess, capable d’apporter au patient, en traitement bucco-dentaire à domicile, le même niveau de sécurité et de contrôle de la dose prise qu’en situation d’hospitalisation. Le cahier des charges fonctionnel de Thess a été défini par les spécialistes de l’Institut du Cancer d’Avignon et de l’Institut du Cancer de Marseille. Le leader français de la fabrication de piluliers en plastique SGH Healthcaring à travers son PDG J. Empereur et son équipe R&D, nous a également aidés dans cette conception.

Quels sont les objectifs à court terme de Thess ?

Le premier objectif est de démontrer la valeur ajoutée à l’usage, dans les hôpitaux français, américains et sud-est asiatiques. Nous sommes sur la bonne voie car 3 des meilleurs hôpitaux américains, 7 grands hôpitaux français et le plus grand hôpital de Singapour se sont déjà engagés à être les pilotes qui, entre 2022 et 2023, nous aideront à atteindre cet objectif.

Notre deuxième objectif est de réussir l’industrialisation de Thess en France, d’avoir une capacité de production et une qualité qui nous permettront de relever les défis de la commercialisation internationale d’un dispositif médical.

Quel est votre modèle économique ?

C’est le même modèle économique que les fournisseurs de pompes à perfusion connectées. Il s’agit des revenus de l’abonnement annuel de la licence au service Software Thess, auxquels s’ajoute un loyer pour la mise à disposition d’un parc d’appareils (environ 50 €/mois par appareil mis en service). Nous sommes également ouverts à la vente d’appareils et de licences maîtres logiciels, pour les partenaires distributeurs de la solution Thess ou les laboratoires pharmaceutiques souhaitant associer leur molécule à un appareil permettant de sécuriser son utilisation et d’ajuster la posologie.

Sur ce marché, nous avons le potentiel d’être, d’ici 10 ans, le leader du conditionnement intelligent et de la distribution assistée de médicaments par voie orale, ce qui représente des dizaines de milliards de chiffre d’affaires par an.

Pourquoi avez-vous choisi de devenir entrepreneur ?

J’ai commencé à diriger une entreprise de 5 salariés à 18 ans et à 27 ans je dirigeais le centre anticancéreux de Montpellier qui comptait 400 salariés. Gérer des équipes et des projets visionnaires m’a toujours fasciné et animé. Pour moi, c’est le rôle essentiel que doit jouer un entrepreneur.

<<< A lire aussi : Tests de personnalité : science ou non-sens ?>>>

Laisser un commentaire