Sobriété : les entreprises commencent à revoir leur « business model »

Développer de nouveaux services pour moins de production n’est pas l’inverse pour tous les entrepreneurs.

Comment concilier enjeux économiques, environnementaux et sociaux ? « Au niveau macroéconomique, la sobriété doit s’organiser à plusieurs niveaux », explique l’économiste Dominique Méda. En même temps, il s’agit de soutenir l’activité productive de manière sélective, c’est-à-dire produire ce dont nous avons vraiment besoin en donnant la priorité à la durabilité des produits ; promouvoir les secteurs du recyclage et de la réparation qui sont pourvoyeurs d’emplois ; renforcer les infrastructures de transport et mettre en place des politiques et des revenus de transition. »

Mais au niveau micro ? « L’objectif est de sortir de la responsabilité sociale des entreprises à la papa, d’arrêter la logique de réduction des effets négatifs et de passer à la recherche d’effets positifs mesurables », explique Armelle du Peloux, co-fondatrice du projet. Convention Climat des Affaires (CEC).

Prise de conscience

Pour passer des paroles aux actes, de septembre 2021 à fin juin, 170 entreprises de tous secteurs et de toutes tailles ont travaillé pour revoir et réorienter leur business model. Leurs dirigeants ont été personnellement sensibilisés avant de rejoindre la CEC. Plus précisément, la première étape de l’entrepreneur consiste à répondre à deux questions : qu’est-ce qui me manque ? Qu’est-ce que je développe ? Il peut s’agir de produits, de services, de méthodes de production ou de conditions de travail. Car la sobriété se pose aussi en matière de ressources humaines.

En fait, la première étape que tous les participants à la CEC ont eue a été de sensibiliser. « Personnellement, j’ai eu ma claque dès la première séance. Je pensais m’engager pour l’environnement, mais je ne connaissais qu’un dixième de la réalité des enjeux. Je me suis donné du temps, mais il n’y a pas de temps. On ira droit au mur si on ne change rien », avoue Raphaël Zaccardi. L’ancien PDG de Caterpillar France (1 450 salariés en France) vient de se confier à Dominique Krubler pour poursuivre le projet désormais bien engagé.

La deuxième phase est la sensibilisation, c’est-à-dire la formation, en mettant tous les salariés au même niveau d’information et pour que le projet soit porté par tous les encadrants, sauf les managers, « pour que chacun sache ce qu’il peut faire tout seul cette année « C’est important de se réhabiliter sur le long terme, en commençant par donner le temps aux salariés de se former. Dirigeant de la Famille Babilou, à la tête d’une crèche de 5.000 salariés en France.

Il vous reste encore 57,75% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Seul Monde peut être lu sur un appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Parce que l’autre personne (ou vous) lit Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

Le Monde n’est lisible que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

Comment arrêter de voir ce message ?

Cliquez sur «  » et assurez-vous d’être la seule personne à regarder Le Monde avec ce compte.

Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera lié à ce compte.

non. Vous pouvez vous connecter à autant d’appareils que vous le souhaitez avec votre compte, mais les utiliser à des moments différents.

Vous ne savez pas qui est l’autre personne ?

Nous vous conseillons de changer votre mot de passe.

Laisser un commentaire