Traduction de jeux [avec un article de Faidutti]

Publié le 1 août 2022 à 17:14:56

Un point de vue… ou plutôt un constat…

J’aime beaucoup la pelle sur le « produit culturel », qui n’est qu’un combat contre la TVA… Ça remet un peu l’église au milieu du village et montre à quel point ça concerne peu les joueurs, qui n’en feront pas le prix du changement.

https://faidutti.com/blog/blog/2022/07/24/translations-translations/?fbclid=IwAR0AQb6MN3Q5D6pddCZZd-XJGYh0gLdhp-IrbPU4bJkleGU2Vg9kb3B6efk

Publié le 1 août 2022 à 17:48:57

Bruno parle d’élégance (de la traduction) et de politesse (dans les relations entre auteur et éditeur). C’est rare et c’est bon.

C’est vraiment un article très intéressant à lire. Je me retrouve dans certaines des situations évoquées. J’ai récemment quitté Orléans avec l’extension Invasion, après un moment d’avoir eu des doutes j’ai préféré lire directement la version anglaise, après 2/3 de retour aux règles je me suis rendu compte que l’anglais était à chaque fois plus clair que la version française.

Soit c’était un effort à un moment donné de toute façon, soit j’ai atteint une période où je ne revoyais que des jeux bien édités, car certaines années, je trouve en fait que les traductions reviennent à leurs défauts d’origine : vagues, erronées…

Manque de sérieux de la part des éditeurs sur ce point, ou trop de jeux à publier dans la même période, rendant impossible le contrôle/relecture, engager de vrais traducteurs joueurs ?

Publié le 1 août 2022 au 20.04.17

Mis à jour le 1 août 2022 à 20:04:50

Oui, mais même cela est loin d’être systématique.

Personnellement, je rencontre très régulièrement des erreurs

. En tant que traductrice, je le signale systématiquement à l’éditeur, et nous utilisons la VF pour les corrections. Ce qui nous met dans une situation grotesque où la traduction entre en conflit avec la VO ; et comme dans le doute on a tendance à considérer la VO comme un oracle, on en conclut vite que le traducteur se trompe… alors que c’est le contraire !

Aujourd’hui, j’ai encore traduit la règle où il était écrit « Africa » ​​​​​​au lieu de « Asia » en anglais … J’ai vu parce que j’avais l’équipement devant moi et j’ai traduit « Asia » comme il se doit, mais quelqu’un , qui aime comparer, jugera vite que je me suis trompé… mais quand ce n’est pas le cas, la VO s’est trompée.

Il arrive aussi régulièrement que des projets soient envoyés en traduction avant d’être terminés. Résultat, la VO est vite corrigée dans le dos du traducteur, mais parfois les commandes n’arrivent pas au bout de la chaîne, ce qui veut dire qu’on a la bonne VO parce qu’elle a été corrigée à la dernière minute, et des mauvaises traductions parce qu’on ne l’a pas fait jugez utile d’envoyer les données au traducteur ou incorrectement ou trop tard …

On peut prendre le même exemple, imaginer que je traduise « Africa » ​​par bon petit soldat et que l’éditeur se rende compte de son erreur après coup et ne me prévienne que plus tard… Devinez à qui on va se plaindre dans ce cas ?

Bref. Cela dit, je pense que de plus en plus d’éditeurs y prêtent attention. Ce qui est sûr, c’est que le rythme des sorties s’est accéléré : on veut tout, tout de suite ! Il est difficile de maintenir un niveau de qualité constant sans investir des ressources supplémentaires dans la traduction ou la relecture, ce que ne font pas tous les éditeurs. Mais je suis sûr que nous y arriverons progressivement.

Il y a une logique à la décision d’écrire les règles de ses propres jeux à l’origine en anglais, qui m’échappe de façon étonnante.

À moins que vous ne pensiez que l’anglais est la langue d’expression parfaite et que le français n’en est pas loin.

Bien sûr, on a le droit de le penser, mais je trouve pour le moins audacieuse l’allusion à l’aspect culturel d’une traduction à la fois élégante et fidèle au texte original.

Surtout si vous admettez que les traductions anglaises sont généralement de meilleure qualité que les traductions françaises. Croyez-le ou non, certaines personnes aiment se tirer une balle dans le pied.

Alors sans doute quelqu’un m’expliquera-t-il que l’aspect pratique dans un contexte international implique cette nécessité de travailler principalement en anglais.

Après tout, un jeune homme fait ce qu’il veut, et si c’est ce qu’il veut, tant pis. Personnellement, je pense que l’article est inapproprié pour parler de problèmes de traduction.

Et déjà qu’il fait des traductions françaises de ses jeux, quand même. Il est le mieux placé pour savoir ce qu’il voulait exprimer. L’anglais a-t-il un vocabulaire plus précis ? Bon, ça montre avec élégance et clarté qu’il existe des solutions en français, alors pourquoi se plaindre d’une traduction qui serait a priori très difficile à mettre en oeuvre ?

La traduction est définitivement une activité qui demande beaucoup d’expertise, je n’en doute pas. Mais écrire les règles du jeu ne devrait pas en être loin.

Publié le 2 août 2022 à 03:06:55

Je survole, mais je ne suis pas d’accord avec son cas sur le terme « any », qui pour lui signifie, selon le contexte, « un ou plusieurs » ou « tous les joueurs »

Il me semble que pour éviter d’éventuels malentendus, il y a quand même « Magic case practice », quand en anglais ils veulent dire « all players », ils disent explicitement « all players ». De même pour « un ou plusieurs » auquel est associé le terme « un ou plusieurs ».

Ainsi lorsque « any player » est écrit en anglais, un seul cas est valable, à savoir « a player of your choice ».

Il me semble que c’est encore une convention dans toutes les règles en anglais.

Publié le 2 août 2022 à 03:20:36

J’aime bien le passage sur le « produit culturel » qui n’est qu’un combat contre la TVA…

Puisque nous considérons le jeu vidéo comme un produit culturel, il n’y a aucune raison de ne pas considérer le jeu de société comme tel.

Je m’étonne même que certains ne réclament pas que les jeux de société deviennent le 11e art, puisque la BD et les jeux vidéo ont cet honneur.

Publié le 2 août 2022 à 04:53:18

Sinon pour les traductions, ça va tant qu’on évite les traducteurs canadiens

Au Québec c’est culturel et nous qui sommes spécialistes de la traduction de titres anglais vers d’autres titres anglais pouvons nous moquer d’eux. Sex Friends, Very Bad Trip, Very Bad Cops, Sexy Dance, Sexe Intentions (qui n’est ni anglais ni français) etc.

Publié le 2 août 2022 à 08:38:09

Mis à jour le 2 août 2022 à 9h31

J’aime bien le passage sur le « produit culturel » qui n’est qu’un combat contre la TVA…

Puisque nous considérons le jeu vidéo comme un produit culturel, il n’y a aucune raison de ne pas considérer le jeu de société comme tel.

Je m’étonne même que certains ne réclament pas que les jeux de société deviennent le 11e art, puisque la BD et les jeux vidéo ont cet honneur.

Euh… parce que le fait que les jeux vidéo, les livres, les BD, les films soient des « produits culturels » ne m’intéresse pas. C’est juste une question d’argent et d’impôts.

Il n’y a aucune raison pour que la cancoillotte ne soit pas également considérée comme un produit culturel, étant donné qu’un livre qui en parle est un produit culturel.

Le problème n’est pas que « je ne comprends pas pourquoi un jeu de société ne devrait pas être un produit culturel », le problème est que les gens qui le poussent ne le font que pour augmenter leurs marges, et je n’ai rien à voir avec ça. vers le bas! Pas de problème en fait.

Et les gens qui prennent le drapeau alors qu’ils n’obtiennent rien avec peuvent être un peu manipulés.

Et en fait… un livre, un produit culturel… sachant que les livres de « développement personnel » les plus vendus écrits par des fanatiques ou des imposteurs font que ce titre n’a aucune prétention à la renommée. Juste une bonne astuce pour augmenter votre marge et obtenir diverses aides.

Publié le 2 août 2022 à 08:47:30

Mis à jour le 2 août 2022 à 08:52:15

Je n’ai rien contre M. Faidutti, mais quand il écrit :

Les jeux d’influence et de majorité sont en vogue.

Difficile de lui accorder du crédit. À la mode depuis quoi, quand ? En 2022 ? 5 dernières années ? Depuis le début du 20ème siècle ?

Si je devais nommer des jeux « tendance », je dirais « Roll&Write », narratif, coopératif, puzzle… pas « jeux d’influence et de majorité ».

D’ailleurs, je comprends très bien la notion de majorité, mais l’influence m’échappe complètement.

ouf, M. Faiduti a écrit son propre article en anglais, donc suivant ses conseils, je vais regarder depuis ce site :

Beaucoup de jeux modernes concernent le vote, l’influence et la majorité

Ah… « beaucoup »… Donc « n’importe quel jeu moderne » selon sa traduction. Majorité : D’accord ; impact : ok (je ne sais toujours pas à quoi cela fait référence).

Mais… c’est quoi ce « vote » ?? Donc ça ne se traduit pas en français ?

Bref, M. Faidutti a raison : la traduction est un métier.

Et maintenant je vais traduire ce texte en anglais. Ma traduction est loin d’être parfaite et je ne la ferai pas relire. Mais bon, je ne vous charge pas de lire cet article, et l’inexactitude ne vous empêchera pas de lire et de comprendre, car cela peut vous empêcher de jouer correctement au jeu.

Ah, eh bien, tout est pardonné.

Publié le 2 août 2022 à 08:47:55

Mis à jour le 2 août 2022 à 9 h 05 min 41 s

Bon… c’est simple… l’auteur va présenter son jeu à 20 ou 30 éditeurs, qui ne parlent pas tous français, loin de là, mais qui parlent tous anglais, même ceux qui parlent français.

Faidutti n’est pas le seul à le faire dans l’industrie, je connais au moins un autre auteur qui le fait. Bref, il y a deux auteurs professionnels français dont je connais la langue d’écriture et dans les deux cas c’est l’anglais.

Si vous voulez communiquer avec quelqu’un, utilisez la langue qu’il comprend.

(edit : après réflexion, je pense que c’est 3… sur 3)

(Aucune offense, vous écrivez aussi en anglais, abyssmal me semble être l’anglicisation (abyssal) pour abyssal).

Ne vous moquez pas des traductions québécoises…

J’ai été surpris de constater que Sathimon et Harry Cover traduisaient les règles anglaises du jeu allemand en français. Je pense que c’est aussi votre cas Transludis, corrigez-moi si je me trompe.

N’y a-t-il donc pas aussi un effet « téléphone arabe » si la règle originale est rédigée en allemand, d’abord traduite en anglais (par l’auteur/éditeur ou traducteur) puis traduite en français ? de l’anglais?

Mais bon, il me semble que les traducteurs spécialisés sont déjà rares, donc un traducteur français-allemand doit être encore plus rare. (Docky, tu as une voix royale si tu envisages de changer de carrière)

Publié le 2 août 2022 au 9.11.05

Euh… parce que le fait que les jeux vidéo, les livres, les BD, les films soient des « produits culturels » ne m’intéresse pas. C’est juste une question d’argent et d’impôts.

Vous avez vraiment des arguments de m…. Jean Michel.

En même temps, on commence à s’habituer à vous.

Bien sûr, savoir que les bandes dessinées et les jeux vidéo sont considérés comme un produit culturel est important et intéressant.

On parle d’un produit, le jeu de société, qui se situe exactement à mi-chemin entre les deux, sans devenir lui-même un jeu vidéo.

Si le simple fait que des gens puissent s’en servir pour se faire une marge sur un produit encore de niche par rapport au marché des jeux/jouets suffit à vous faire chier, je vous plains vraiment, votre quotidien doit vraiment être un calvaire.

Je dis que tant mieux pour les petites entreprises, qui sont très nombreuses dans le milieu.

Surveillez votre tension artérielle et évitez une consommation excessive de café, car cela ne devrait pas nuire à votre cœur.

Publié le 2 août 2022 au 09/11/12

À moins que vous ne pensiez que l’anglais est la langue d’expression parfaite et que le français n’en est pas loin.

Bien sûr, on a le droit de le penser, mais je trouve pour le moins audacieuse l’allusion à l’aspect culturel d’une traduction à la fois élégante et fidèle au texte original.

Surtout si vous admettez que les traductions anglaises sont généralement de meilleure qualité que les traductions françaises. Croyez-le ou non, certaines personnes aiment se tirer une balle dans le pied.

Alors sans doute quelqu’un m’expliquera-t-il que l’aspect pratique dans un contexte international implique cette nécessité de travailler principalement en anglais.

Après tout, un jeune homme fait ce qu’il veut, et si c’est ce qu’il veut, tant pis. Personnellement, je pense que l’article est inapproprié pour parler de problèmes de traduction.

Et déjà qu’il fait des traductions françaises de ses jeux, quand même. Il est le mieux placé pour savoir ce qu’il voulait exprimer. L’anglais a-t-il un vocabulaire plus précis ? Bon, ça montre avec élégance et clarté qu’il existe des solutions en français, alors pourquoi se plaindre d’une traduction qui serait a priori très difficile à mettre en oeuvre ?

La traduction est définitivement une activité qui demande beaucoup d’expertise, je n’en doute pas. Mais écrire les règles du jeu ne devrait pas en être loin.

La logique d’écrire sa règle en anglais m’échappe. Si vous ne voulez pas vous limiter aux éditeurs francophones, mieux vaut rédiger votre règle en anglais. Nos éditeurs nationaux lisent sans problème le français, alors qu’un éditeur asiatique, américain ou allemand n’aura pas forcément cette compétence en interne. Je fais un parallèle avec mon travail de recherche, tous les articles scientifiques sont rédigés en anglais, qui est la langue « universelle ». Pourquoi ce choix ? c’est une évidence : que tout le monde en profite.

Quand tu lui proposes de faire des traductions de ses jeux, je pense que son article est clair là-dessus, il aimerait ça, mais parfois il n’est même pas consulté….

N’y a-t-il donc pas aussi un effet « téléphone arabe » si la règle originale est rédigée en allemand, d’abord traduite en anglais (par l’auteur/éditeur ou traducteur), puis traduite en français ? de l’anglais?

Oui, la plupart des éditeurs allemands fournissent des règles en anglais pour leurs localisations.

Mais je parle aussi allemand, donc je peux aller vérifier en cas de doute. Mais c’est très rare que je traduise directement de l’allemand, car les Allemands ne le demandent pas non plus (le dernier, La Fin des artichauts, mais j’avais quand même deux versions devant moi : l’allemand d’origine et l’anglais).

Et oui, bien sûr, ajouter des langues intermédiaires augmente le risque. Si la règle en anglais présentée comme l’original ne concorde pas avec la règle allemande rédigée par l’auteur (ou l’éditeur), l’erreur se répercutera dans toutes les versions et nous rencontrerons donc parfois des différences dans la règle.

Cela me rappelle une anecdote de mon professeur d’interprétation qui travaillait à l’ONU : Il y a des paires de langues à l’ONU qui n’existent pas. Par exemple, il n’y a pas de traducteur portugais-letton. Cela passe donc par deux interprètes qui utilisent l’anglais comme langue commune. Donc si un lusophone fait une blague, il y a trois vagues de rires silencieux : ceux qui comprennent le portugais, ceux qui comprennent l’anglais une seconde ou deux plus tard, … et quelques malheureux Lettons qui ne comprennent ni le portugais ni l’anglais, et finalement j’obtiens une traduction de la blague , mais cinq secondes de retard sur les autres 🙂

Publié le 2 août 2022 à 09:26:59

J’aime beaucoup la pelle sur le « produit culturel », qui n’est qu’un combat contre la TVA… Ça remet un peu l’église au milieu du village et montre à quel point ça concerne peu les joueurs, qui n’auront pas de prix monnaie.

C’est une devise récurrente pour lui (et d’autres), qui est absolument ridicule : la grande majorité des produits culturels en France ne sont pas soumis à la TVA 5,5. Dire que l’objectif de ceux qui travaillent sur cette question est d’obtenir une TVA à 5,5 dénote une méconnaissance assez forte du sujet. Ou essayez de convaincre ceux qui « se battent » pour cela d’être des idiots, car il est évident que se faire reconnaître comme « produit culturel » pour le jeu ne permettra jamais d’obtenir la TVA 5.5.

Certains acteurs « se battent » pour cette TVA réduite, mais ils ont d’autres arguments, très différents.

Evitons donc les amalgames simples.

Publié le 2 août 2022 à 09:28:13

Très bon article où je trouve presque tout ce qui me passe par la tête à ce sujet.

Autre mot préoccupant en français : « tour de jeu ».

Dans certaines règles, il est noté qu’il est utilisé pour « au tour d’un joueur », « au tour de chaque joueur » et « tour » …

Et quand on sait qu’un seul mot peut tout changer.

Le plus « bel » exemple reste à mes yeux Kingdom Builder, également spiel des jahres, à propos duquel on peut trouver parmi les premiers avis postés sur TT, des personnes ayant joué à la première édition de VF et critiquant le jeu, disant qu’il est ingérable et coller une mauvaise note. Cela a dû affecter les ventes. J’ai même vu un animateur lors d’un festival expliquer un jeu avec ce fameux bug, et je le lui ai expliqué, il n’a pas voulu me croire, il m’a montré sa jolie règle VF sous mon nez. Heureusement, j’ai pu lui montrer son erreur via BGG.

Et c’est quoi?

Simplement que les tuiles que nous obtenons pendant le jeu peuvent être utilisées une fois dans chacun de nos mouvements. Et cette première édition précise « une fois par partie » au lieu de « une fois par tour ».

Parole… drame…

Publié le 2 août 2022 à 09:29:56

Mis à jour le 2 août 2022 à 11:01:47

Euh… parce que le fait que les jeux vidéo, les livres, les BD, les films soient des « produits culturels » ne m’intéresse pas. C’est juste une question d’argent et d’impôts.

Vous avez vraiment des arguments de m…. Jean Michel.

En même temps, on commence à s’habituer à vous.

Bien sûr, savoir que les bandes dessinées et les jeux vidéo sont considérés comme un produit culturel est important et intéressant.

On parle d’un produit, le jeu de société, qui se situe exactement à mi-chemin entre les deux, sans devenir lui-même un jeu vidéo.

Si le simple fait que des gens puissent s’en servir pour se faire une marge sur un produit encore de niche par rapport au marché des jeux/jouets suffit à vous faire chier, je vous plains vraiment, votre quotidien doit vraiment être un calvaire.

Je dis que tant mieux pour les petites entreprises, qui sont très nombreuses dans le milieu.

Surveillez votre tension artérielle et évitez une consommation excessive de café, car cela ne devrait pas nuire à votre cœur.

Alors je ne m’appelle pas Jean-Michel et le fait que vous ne soyez pas d’accord avec moi ne veut pas dire que mes arguments sont de la merde (bien au contraire).

Je ne suis pas en colère contre le bord x ou y fait, je m’en fiche. Vous semblez beaucoup plus inquiet que moi.

Qu’est-ce que « l’intérêt ici » ? Sauf peut-être que je flatte quelques égos, mais je n’en ai pas besoin. Quels arguments (pas de merde s’il vous plaît) avez-vous pour confirmer vos dires ?

Par contre, je ne comprends pas pourquoi un secteur devrait être préféré à un autre. Les petites entreprises sont partout.

Et les grands gagnants de ce statut de produits culturels seraient auparavant les actionnaires d’asmodea et d’Hachette. Allez leur manifester si vous voulez ! Je ne pense pas que les actionnaires d’Embracer ou la famille Lagardère en mettant encore plus dans leurs poches soient un combat digne d’intérêt.

Vous critiquez violemment mes arguments, mais vous n’avez rien à proposer sinon une analogie (qui n’est pas un argument). Pourquoi un industriel qui fabrique des jeux de société devrait-il bénéficier d’un régime fiscal plus favorable qu’un autre ?

A quoi bon être un « produit culturel » ? Etre aussi reconnu que les mangas et les jeux vidéo ? Euh… lol non ? Aucun industriel ne se battra pour cela. Pourtant… le statut de produit culturel les motive.

Et je vous rappelle : je m’en fiche, ce n’est pas mon combat, je n’y suis pour rien, et cela n’affecte pas mon sens de la justice et de la moralité. Bien au contraire : je ne suis pas sûr que les lauréats de ce prix soient ceux qui ont besoin d’être aidés.

Publié le 2 août 2022 à 09:33:36

Il l’a déjà expliqué : il note que dans le cadre des règles du jeu, les structures de la langue anglaise sont plus explicites. Je suis rarement d’accord avec lui, mais ici, cela semble assez évident.

Cela peut nous sembler étrange par la suite, mais il est vrai que lorsqu’on réfléchit aux règles du jeu en anglais, il n’est pas toujours facile de trouver des équivalents en si peu de mots.

Quoi qu’il en soit, je ne vois vraiment pas où est le problème.

Il le pense, dans le cadre de la règle du jeu, qui reste toutefois un cadre assez restreint.

Publié le 2 août 2022 à 09:37:12

Il me semble que pour éviter d’éventuels malentendus, il y a quand même « Magic case practice », quand en anglais ils veulent dire « all players », ils disent explicitement « all players ». De même pour « un ou plusieurs » auquel est associé le terme « un ou plusieurs ».

Ainsi lorsque « any player » est écrit en anglais, un seul cas est valable, à savoir « a player of your choice ».

Il me semble que c’est encore une convention dans toutes les règles en anglais.

avoir Je ne suis pas sûr que la jurisprudence « Magic » se soit étendue à tous les éditeurs de jeux de société.

Quoi qu’il en soit, quand il suggère « n’importe quel acteur » comme plus élégant que « n’importe quel acteur », c’est assez drôle.

Penser que « chaque joueur peut utiliser ce fermier » est plus élégant que « chaque joueur peut utiliser ce fermier », ce qui est assez audacieux.

Dans ce contexte, « n’importe quel joueur » n’a pas de sens, donc cela ne fonctionne absolument pas dans le cadre d’une règle de jeu. Il y en a certainement de plus élégants, mais évidemment pas ce twist.

Laisser un commentaire