Un ouragan oblige la Nasa à renvoyer sa fusée sur la Lune, le lancement est toujours reporté

AFP, publié le lundi 26 septembre 2022 à 17h47.

La nouvelle méga-fusée de la Nasa pour la Lune sera renvoyée dans son hangar pour la protéger des ouragans, a annoncé lundi l’agence spatiale américaine, une opération qui a retardé à jamais le lancement de la mission tant attendue Artemis 1, retardée de plusieurs fois. fois. fois.

Les responsables de la NASA « se sont réunis lundi matin et ont pris cette décision sur la base des dernières prévisions concernant l’ouragan Ian », a écrit la NASA dans un article de blog.

La fusée, haute de 98 mètres, est maintenant sortie sur sa rampe de lancement au Kennedy Space Center, en Floride. La manœuvre complexe pour regagner le gigantesque bâtiment d’assemblage, à plusieurs kilomètres de là, doit commencer à 23 heures. heure locale (3h00 GMT). La fusée sera transportée sur une grande plate-forme roulant très lentement, afin d’éviter au maximum les vibrations qui pourraient l’endommager.

C’était la « bonne décision » de garder l’équipe et la fusée « en sécurité », a tweeté l’administrateur associé de la NASA, Jim Free.

L’ouragan Ian, actuellement au sud de Cuba, devrait se déplacer vers la Floride plus tard cette semaine à travers le golfe du Mexique.

La NASA a attendu le dernier moment pour prendre une décision, car si la fusée pouvait être laissée à l’extérieur, la tentative de décollage pourrait être programmée après la tempête.

Mais maintenant, il n’y aura plus de temps pour lancer la fusée avant la fin de la période de tir actuelle, qui court jusqu’au 4 octobre.

La NASA n’a donné aucune indication sur une prochaine date de lancement.

La prochaine période de tir est du 17 au 31 octobre, avec un décollage possible par jour (sauf les 24 au 26 et 28 octobre). La prochaine est du 12 au 27 novembre (sauf les 20, 21 et 26).

Après deux tentatives de décollage annulées au dernier moment il y a quelques semaines, principalement à cause d’une fuite de carburant lors du remplissage du réservoir de la fusée, ce nouveau contretemps n’est pas très agréable pour la Nasa.

Cinquante ans après la dernière mission du programme Apollo, Artemis 1 devait être utilisé pour vérifier que la capsule Orion, au sommet d’une fusée, était sûre pour transporter des équipages vers la Lune à l’avenir.

Laisser un commentaire