Une maison « squattée » dans le Tarn : l’auteur a été condamné à 4 mois de prison

la chose importante

La maison de Raymond, un retraité de 82 ans, a été « squattée » en mars dernier. L’auteur a été poursuivi dans le soi-disant « aveux de culpabilité » et condamné à 4 mois de prison avec sursis. La peine a été homologuée par le tribunal correctionnel d’Albia lundi.

Peine de quatre mois de prison avec sursis : c’est la peine proposée par le procureur au contrevenant dans le cadre de la procédure de « plaidoyer » et homologuée par le tribunal correctionnel d’Albi, lundi 4 juillet.

L.V, 38 ans, était poursuivi pour « squattage » d’une maison à Couffouleux en mars dernier. Le propriétaire, Raymond, un retraité de 82 ans, a raconté à La Dépêche du Midi son malheur.

Lire aussi :

Tarn : Après avoir « squatté » sa maison, les ennuis s’accumulent pour Raymond, un retraité de 82 ans

Lors de l’audience, ce dernier s’est constitué partie civile. Le tribunal a ajourné la demande de dommages et intérêts jusqu’au 5 décembre, date à laquelle Raymond et son avocate Me Emmanuelle Pamponneau présenteront le chiffre précis des dommages subis.

Le 13 mars, cet entrepreneur à la retraite, qui vit avec sa compagne dans la commune voisine de Labastide-Saint-George, n’a pas pu entrer dans sa maison de Couffouleux : le cadenas du portail avait été changé. Raymond contacte les gendarmes qui se rendent sur les lieux et découvre alors qu’un homme a occupé l’appartement et refuse de les laisser entrer.

Le retraité a porté plainte à la gendarmerie de Rabastensa pour infractions et maintien dans la maison d’autrui. Grâce à la nouvelle procédure simplifiée d’expulsion des squatters, le lendemain, le préfet de Tarna a pris un arrêté de mise en demeure de quitter les lieux. Lorsque les gendarmes arrivent le mercredi suivant pour déloger le squatteur, ils sont déjà à leurs trousses. Il est finalement arrêté quelques jours plus tard à Rabastens.

Qui est à l’origine de la loi sur les squatteurs ?

Lorsqu’il a repris possession de sa propriété, Raymond a découvert que la porte d’entrée avait été brisée, que l’intérieur était en désordre et que de nombreux objets étaient brisés ou manquants. Il espère désormais trouver un terrain d’entente avec son assurance pour le rembourser.

La loi Alur, ou loi d’accès au logement et d’urbanisme renouvelé, vise à réformer le droit au logement en France. Défendu au Parlement par la ministre Cécile Duflot, le texte a été publié au Journal officiel en mars 2014.

Quelle est la loi sur les squatteurs ?

Ce droit a été réaffirmé par la loi Besson du 31 mai 1990 : « Garantir le droit au logement est un devoir de solidarité pour toute la nation. Dans le cas d’un logement squatté, la décision du tribunal se fonde principalement sur la notion juridique de résidence.

Pourquoi 48h squat ?

Pourquoi la loi protège-t-elle les squatters ? Cause? Un seul mot : « maison ». A priori banale, elle prend toute son importance lorsqu’il s’agit d’expulsion de squatteurs. Dans un an, le propriétaire peut obtenir du préfet – qui remplace le juge – l’évacuation du locataire illégal dans les 72 heures.

Qui est considéré comme squatteur ?

Procédure accélérée d’expulsion de squatter Cependant, depuis le 1er janvier 2021 et la modification de l’article 38 de la loi, une nouvelle procédure administrative est disponible pour réduire le délai d’expulsion à 72 heures !

Pourquoi 48h squat ?

Le délai de 48 heures (à compter de l’entrée des squatters dans les locaux), qui découle de la pratique dans le domaine de la police judiciaire, permet aux policiers d’agir en « flagrant délit ».

Un « squatteur » est une personne qui pénètre dans la maison d’autrui « sans droit ni titre » en usant de ruse, de menaces, d’agression ou de coercition.

Comment eviter un squat ?

Le délai de 48 heures (à compter de l’entrée des squatters dans les locaux), qui découle de la pratique dans le domaine de la police judiciaire, permet aux policiers d’agir en « flagrant délit ».

Quelle loi autorise le squat ?

Quelle est la nouvelle loi pour les squatters ? Depuis le 1er janvier 2021, la procédure administrative d’expulsion des squatters occupant illégalement un logement a été simplifiée. Pour que cette procédure soit réellement efficace, les propriétaires respectifs pourront se faire accompagner d’un huissier à compter du 1er février 2022.

Comment se débarrasser d’une personne que l’on héberge gratuitement ?

La protection des squats comprend également l’amélioration de la sécurité à domicile. Pour cela, vous pouvez blinder la porte ou faire installer par un serrurier une serrure multipoints. Cette dernière offre un excellent niveau de sécurité par rapport aux autres types de serrures du marché.

  • Afin de faciliter l’expulsion des squatters occupant les logements d’autrui, la loi no. La loi n° 2020-1525 du 7 décembre 2020 relative à l’accélération et à la simplification de l’action publique, dite loi ASAP, contient de nouvelles dispositions dans son article 73.
  • Puis-je expulser un invité gratuitement ?

Envoyer une lettre recommandée avec accusé de réception au résident. …

Comment se débarrasser d’un occupant ?

Si l’usager refuse de quitter les lieux, vous devrez faire appel à un huissier pour vous délivrer une assignation.

Quels sont les droits d’une personne hébergée ?

Comment faire sortir quelqu’un de chez soi ? Parlez sur un ton raisonnable et respectueux. Expliquez les raisons pour lesquelles vous lui avez demandé de partir et faites-lui savoir que vous comprenez que c’est difficile. Parlez-lui comme vous le feriez avec un collègue, en vous en tenant aux faits et en ignorant vos émotions.

Quand déclarer un hébergement à titre gratuit ?

présenter la preuve que le logement est son domicile (factures, documents fiscaux, attestation de voisinage, etc.) ; que la saisie illégale est constatée par un officier de police judiciaire ; demander au préfet de prévenir le locataire de quitter le logement.

Est-ce que ma femme a le droit de me mettre dehors ?

Vous devez signaler gratuitement la situation du logement aux autorités. Si vous êtes hébergé gratuitement depuis plus de 6 mois, votre hébergeur peut perdre vos droits aux aides CAF et APL car vos revenus seront alors pris en compte pour le calcul de l’aide.

L’hébergement gratuit doit être déclaré sur votre déclaration de revenus. Cette situation de logement gracieux n’a pas le même effet sur les impôts du chef de ménage et du chef de ménage. Lors de la soumission d’une déclaration de revenus, le client n’a qu’à cocher la case « Je le prends gratuitement ».

Comment obliger son compagnon à quitter le domicile ?

Tant que vous n’avez pas comparu devant un juge, votre femme n’a pas le droit de vous empêcher d’entrer dans le domicile conjugal. Cela ne peut être approuvé que par une décision de justice. Par conséquent, vous pouvez légalement retourner au domicile conjugal. Si elle veut divorcer, c’est à elle d’engager une procédure de divorce.

Puis-je quitter le domicile conjugal sans divorcer ?

Comment expulsez-vous votre conjoint ? En effet, un conjoint signataire d’un bail ou un propriétaire peut décider à tout moment d’expulser l’autre sans préavis en appelant simplement la police ou l’expulsion – idem.

Laisser un commentaire