VTC : la Chine inflige une amende de 1,2 milliard d’euros à Didi

Publié

Il y a 5 heures, mis à jour il y a 4 heures

L’administration chinoise du cyberespace justifie sa décision par des « preuves indiscutables » que l’entreprise a enfreint la loi.

Le régulateur chinois de l’Internet a annoncé jeudi qu’il imposerait une amende de 8,0 milliards de yuans (près de 1,2 milliard d’euros) à Didi, géant des transports locaux, après une longue enquête du chinois « Uber ». Dans un communiqué, l’Administration chinoise du cyberespace justifie sa décision par des « preuves indiscutables » que l’entreprise a enfreint la loi chinoise, notamment en matière de sécurité sur Internet et de protection des données personnelles. Le montant de l’amende en 2021 représente plus de 4% du chiffre d’affaires annuel de Didi. Les géants du numérique subissent depuis 2020 la pression des autorités chinoises en raison de la concurrence des questions et des données personnelles qui multiplient les coups portés aux puissantes entreprises de l’Internet.

Lire aussi Didi, un géant chinois de la tech pressé de quitter Wall Street

Le régulateur accuse Didi de stocker illégalement les informations personnelles de plus de 57 millions de conducteurs dans un format qui n’est pas suffisamment sécurisé. La société VTC est également condamnée pour avoir analysé sans le savoir les données des passagers, y compris les photos sur les téléphones portables. « Bien que les autorités de régulation aient ordonné des modifications (dans les pratiques de Didi), aucune modification générale et approfondie n’a été apportée », a déclaré l’Administration chinoise du cyberespace.

A lire aussiChine : enquêteurs envoyés au siège de Didi, demande en croix des autorités

Il dit que les violations de la loi se sont produites dans les sept ans à compter de juin 2015. Malgré la concurrence Pékin-Washington, Didi, qui domine le marché de la réserve automobile de son pays, a maintenu une introduction en bourse aux États-Unis en juin 2021. Le gouvernement chinois a immédiatement lancé une enquête administrative contre Didi en lien avec la collecte de données personnelles. Les autorités ont alors interdit le téléchargement de l’application Didi. Ceux qui l’avaient déjà sur leur téléphone peuvent cependant continuer à l’utiliser. Sous la pression de Pékin, Didi a également dû annoncer qu’elle sortirait rapidement de la Bourse de New York en décembre 2021 après une cotation de cinq mois.

Laisser un commentaire